Assemblée Générale – 7 mars 2020

Présidente : Mme Catherine Grandjean, présidente de la SFN.

Membres présents (41) : Mmes et MM. M. Amandry, P. Baubeau, S. Berger, J.-Chr. Bertrand, M. Bompaire, P. Bourrieau, Fr. Boursier, Cl. Brenot, L. Calmels, C. Carrier, Chr. Charlet, O. Charlet, J. Dharmadhikari,  Fr. Duyrat, J. Françoise, J.-P. Garnier, G. Gautier, C. Grandjean, St. Gustave, P.-O. Hochard, A. Hostein, J. Jambu, Y. Jézéquel, Ph. Lafolie, Ch. Leconte, J.-Fr. Letho-Duclos, O. Michel, C. Morrisson, S. Nieto-Pelletier, J. Olivier, E. Papaefthymiou, R. Prot, A. Ronde, Ph. Schiesser, L. Schmitt, A. Suspène, S. de Turckheim-Pey, N. Verzéa, P. Villemur, R. Wack, Fr. Wojan.

Membres excusés : Mmes et MM. A. Clairand, V. Drost, M. Hourlier, Br. Jané, N. Joniaux, Fr. Joyaux, M.-L. Le Brazidec, J.-P. Le Dantec, Ph. Mathieu, J. Meissonnier, B. Mikolajczak, A. d’Ottone, M. Phéline, O. Picard, Cl. Pinault, H. Rambach, St. Sombart, L. Stéfanini, L. Trommenschlager.

Les membres de la Société française de Numismatique (SFN) sont accueillis dans la salle Walter Benjamin de l’Institut national d’Histoire de l’Art (INHA) à partir de 13h30. Il est procédé à l’émargement de la liste de présence, puis à la distribution des pouvoirs.

            Mme Catherine Grandjean, présidente de la SFN, déclare ouverte l’Assemblée générale ordinaire de la SFN à 14h10. Elle propose que la séance ordinaire soit reportée à l’issue de l’Assemblée générale, puis demande l’accord des membres présents pour que le Conseil d’administration sortant assure le déroulement de l’Assemblée générale et des opérations de vote.

Rapport moral 2019 de la présidente de la SFN, Mme Catherine Grandjean

« Chers membres de la SfN,

Je commencerai ce rapport d’activité en remerciant ceux qui, cette année encore, ont assuré au quotidien le fonctionnement de notre Société, notre trésorier René Wack, dont la compétence n’a d’égal que la pugnacité pour défendre nos intérêts auprès de nos partenaires et des autorités, notamment fiscales. Alors que la date du XVIe Congrès international de Numismatique, organisé par le CIN se rapproche, puisqu’il se tiendra  à Varsovie du 19 au 24 septembre 2021, sa bonne gestion financière va nous permettre de créer une bourse SfN finançant le déplacement d’un jeune numismate en Pologne, idée de Patrick Villemur qui a fait l’unanimité au Conseil d’administration. Je remercie aussi particulièrement Franck Wojan, secrétaire discret mais parfaitement efficace, toujours présent aussi quand il faut défendre et promouvoir les intérêts de notre Société. Je leur associerai Sylvia Nieto-Pelletier, vice-présidente active et engagée à mes côtés, et Pierre-Olivier Hochard, qui édite avec autorité le BSFN, tout en assurant une fonction de webmaster, pour le site et sur Wikipedia. Depuis janvier 2019, le site de la SfN a recensé 120 000 pages visitées en France, et 30 000 au Royaume-Uni. Le bilan est moins impressionnant du côté de l’Allemagne et de l’Italie, avec un millier de visites pour chacun de ces deux pays. Je remercie aussi Jérôme Jambu, qui tient notre compte Facebook, créé en juillet 2017, compte qui fonctionne bien avec à ce jour 847 abonnés ; on y publie les annonces SfN (journées spéciales, parutions) et les nouvelles des membres (organisations de colloques, distinctions, cours de numismatique, etc.). 

Les autres membres du Conseil d’administration n’ont pas ménagé non plus leur énergie pour contribuer à l’activité et au rayonnement de la SfN, notamment pour l’organisation des Journées de Nîmes et maintenant de Monaco. La complémentarité au sein du Conseil d’administration entre des numismates professionnels, des collectionneurs, des amateurs, des conservateurs du DMMA et des enseignants et chercheurs, est indispensable. Elle est la clé de notre succès collectif, car elle garantit à la fois l’équilibre entre les sensibilités aux divers aspects de la numismatique et la capacité de projection de la SfN dans la société française et à l’international. Cette diversité est aussi à l’origine du caractère éminemment convivial de la SfN, auquel nous sommes très attachés et qu’il convient de toujours cultiver.

Je terminerai ces propos liminaires en remerciant en notre nom à tous Jean-Pierre Garnier de continuer à préparer nos jetons à la Monnaie de Paris, contribuant ainsi par ce biais aussi au rayonnement international de la SfN.

Séances

De mars 2019 à février 2020, nous avons tenu nos dix séances, malgré les divers mouvements sociaux. Elles ont réuni au total 290 membres et invités. Le total est inférieur de 14 personnes à celui de l’an dernier, mais il est honorable si l’on prend en compte la situation sociale. De fait, la séance de janvier, en pleine grève des transports, a été la moins fréquentée, avec 19 membres présents.

Nous nous sommes réunis sept fois dans le Quadrilatère Richelieu grâce à Frédérique Duyrat et à Jérôme Jambu ; les autres séances, hormis celles de Nîmes, ont eu lieu à l’INHA où Antony Hostein nous a permis d’être reçus. Je les remercie tous trois au nom de la SfN de leur accueil dans ces divers locaux.

La séance d’avril a été consacrée à trois communications faites par des doctorants en numismatique antique. La SfN, en organisant cette journée, faisait coup double : participer à la formation des jeunes, en soumettant leurs travaux à l’avis de numismates confirmés, et opérer de nouvelles adhésions. Pour les doctorants, les prestations orales devant un public averti et la publication rapide de leurs recherches dans un périodique de qualité rapidement édité constituent des atouts considérables.

Les 62e Journées numismatiques de la SfN se sont tenues à Nîmes du 31 mai au 2 juin 2019, en partenariat avec le Cercle Numismatique cévenol et le Club numismatique nîmois. Elles ont réuni 55 membres de la SfN, sans compter les membres des deux Sociétés partenaires et d’autres Sociétés numismatiques locales et régionales venus en nombre depuis Aix, Nice ou Avignon, et que nous avons été heureux d’accueillir. Ces journées ont été un grand succès, avec dix communications réparties en quatre sessions dans le confortable auditorium du nouveau Musée de la Romanité mis gracieusement à notre disposition par la direction du Musée et par la Mairie. À l’issue des deux premières séances de communications, les congressistes ont été accueillis à la Mairie par Daniel Jean Valade, maire adjoint à la culture et à la tauromachie, qui a souhaité la bienvenue à notre Société au nom de Jean-Paul Fournier, maire de Nîmes, alors en déplacement aux États-Unis, et qui m’a remis la médaille de la ville.

Le samedi matin a été consacré à une visite guidée du Musée de la Romanité, par Madame Dominique Darde, conservatrice en chef du Musée, et par Monsieur Joël Françoise, membre de la SfN, et architecte de ces journées aux côtés de plusieurs membres du CA, d’anciens présidents de la SfN et de Monsieur Laurent Stéfanini, alors ambassadeur délégué permanent à l’Unesco. Les deux dernières séances de communications ont eu lieu samedi après-midi, avant le rituel dîner de clôture où nous a rejoint Mme Darde et les présidents des deux Sociétés numismatiques locales. Le dimanche matin a eu lieu l’habituelle visite touristique guidée de la ville.

Les liens tissés à l’occasion des Journées se sont maintenus avec les deux sociétés gardoises. Le jeune Club numismatique nîmois a obtenu de la municipalité à l’issue de nos Journées le local et l’adresse postale qui lui manquait ; et un colloque sur les monnayages protestants organisé par le Club Numismatique cévenol, prévu à l’automne prochain, devrait accueillir plusieurs intervenants de notre Société, je pense notamment à Marc Bompaire et à Sylvie de Turckheim-Pey.

Au total, depuis mars 2019, nous avons entendu en séance 43 communications. L’Antiquité, surtout romaine, s’est taillée la part du lion avec 20 communications, dont bon nombre ont été présentées lors des journées de Nîmes. La numismatique moderne et contemporaine, principalement française, la suit avec 12 communications ; 4 communications ont été présentées sur les monnaies médiévales à égalité avec celles sur les monnayages asiatiques. Le faible nombre de communications sur les monnayages médiévaux est heureusement compensé par la publication de 6 correspondances dans le BSFN.

Publications

            La Revue Numismatique, protégée par un nouvel emballage moins dispendieux, nous est parvenue dès cet automne, grâce à l’efficacité des secrétaires de rédaction, Jérôme Jambu, Vincent Drost et Julien Olivier, que je remercie chaleureusement de leur efficacité et de leur diligence. Ce 176e volume de la RN, composé par Fabien Tessier et imprimé par l’imprimerie Corlet, compte 474 pages, soit 200 de moins que le volume précédent. Il comprend 12 articles dont 2 en anglais et 1 en espagnol. Cette ouverture aux langues étrangères favorise le rayonnement international de la Revue, via notamment sa versionnumérisée sur Persée, et lui permet de conserver son excellent rang dans les classements internationaux. Cette année encore, les articles sélectionnés par le Comité de lecture de la RN portaient sur des sujets divers répartis sur un arc chronologique très large, de la numismatique grecque au XVIIIe s. ottoman. Le coût de la RN a beaucoup réduit, grâce aux efforts conjoints des éditeurs de la Revue et du comité de gestion, auquel participent à mes côtés, du côté de la SfN, Laurent Schmitt, René Wack et Franck Wojan avec deux directeurs et les trois secrétaires de rédaction de la Revue.

Le Bulletin de la SfN est le fruit du travail des communicants et des auteurs de correspondances. Je remercie en notre nom à tous Pierre-Olivier Hochard qui a assuré cette année encore une publication rapide du BSFN, malheureusement ralentie pour les deux derniers numéros de l’année par des problèmes de routage. Le volume 74 du Bulletin, qui correspond au cru 2019, compte 383 pages au total : 58 articles, dont 16 correspondances, y ont été publiés depuis janvier 2019.

La numérisation du BSFN jusqu’en 2015 a été amorcée grâce à un projet de la BnF piloté par Julien Olivier. Comme vous l’avez probablement noté, malgré la diligence de Julien Olivier, le projet n’a pas été entièrement réalisé, par suite d’une mauvaise manipulation de l’opérateur : les recueils envoyés n’ont pas tous été découpés numériquement au fascicule. Cela devrait être rectifié dès que possible, avec une nouvelle numérisation. Par ailleurs, l’ensemble a été océrisé, c’est-à-dire que le BSFN peut faire l’objet d’une recherche plein texte à partir du site Gallica. Tous les numéros sont déjà téléchargeables en pdf, cela marche bien.

Congrès, colloques et autres manifestations

Il n’est guère envisageable de rappeler ici l’ensemble des manifestations annoncées chemin faisant dans le Bulletin, qu’elles soient organisées par des membres de notre Société  ou qu’ils y aient pris part, tant elles sont nombreuses — ce qui atteste le rayonnement de la SfN, tant en province qu’à l’étranger.

Je me contenterai de rappeler que la SfN a bénéficié cette année encore d’un stand gratuit lors des 69e et 70e Salons du Syndicat national des Experts numismates et Numismates Professionnels, que je remercie au nom de notre Société, au Palais Brongniart tenus les 6 avril et 19 octobre derniers. Le stand de la SfN y a été tenu principalement par Christian Charlet, Laurent Schmitt, René Wack et Franck Wojan.

Jeton de vermeil

À l’occasion de la séance de décembre, Michel Amandry a remis, au nom des trois anciens présidents de la SfN, le jeton de vermeil 2019 à Madame Helen Wang, conservatrice au British Museum, qui a donné à cette occasion une belle communication intitulée « La numismatique chinoise des origines à nos jours » publiée dans le BSFN de décembre.

Effectifs

Nous comptons actuellement 420 membres honoraires, titulaires, correspondants et institutionnels. Plusieurs membres français et étrangers nous ont quitté cette année dont Denyse Berend, Simon Bendall, Philip Gysen, Bernard Rémy et Ulla Westermark.

Nous avons accueilli depuis mars dernier 15 nouveaux membres, comme l’an dernier, soit deux fois plus qu’en 2018. Il faut s’en féliciter et remercier ceux qui, tant au sein du CA qu’en-dehors, font rayonner notre Société et la rendent attractive, tout en leur demandant de ne pas relâcher leurs efforts pour amener de nouveaux membres.

C’est indispensable, pour perpétuer nos études, transmettre notre expertise aux plus jeunes et pour lutter contre l’érosion inévitable du nombre des cotisants.

L’avenir

La séance d’avril 2019 consacrée aux doctorants ayant été un succès, elle a été reconduite cette année par le Conseil d’administration, avec un appel à candidatures national et international. Un comité de sélection, formé de Michel Amandry, Jérôme Jambu et Cécile Morrisson, a dû, faute de place lors de la séance, éliminer deux propositions qui feront l’objet soit de correspondance dans le BSFN soit de propositions d’articles dans la RN. La séance d’avril devait être consacrée aux doctorants. Cette séance étant supprimée pour cause de confinement de la population en raison du coronavirus, le CA a décidé de repousser cette séance en novembre 2020. Nous entendrons à cette occasion 4 communications dont l’une donnée par une doctorante allemande, en français.

Les Journées prévues à Monaco du 29 au 31 mai sont en bonne voie d’organisation. René Wack, Franck Wojan et moi-même avons séjourné deux jours à Monaco la semaine dernière. Nous avons pu mesurer que l’affaire était quasiment réglée, grâce au travail préparatoire très efficace de Christian Charlet, mené avec le soutien discret, mais très actif, de Laurent Stéfanini désormais ambassadeur de France en principauté. Nous avons rencontré successivement les responsables des deux musées où nous visiterons les deux expositions à fort contenu numismatique qui débuteront à l’occasion de notre venue au Musée des Timbres et Monnaies, et au Musée d’Anthropologie préhistorique. Un cocktail nous sera offert  sur la terrasse du second, face au Rocher, le dimanche 31 mai, en conclusion des Journées. Lors d’un dîner offert par Laurent Stéfanini à la résidence de France, nous avons rencontré également M. Michel Granero, directeur de la commission consultative des collections philatélique et numismatique, et M. Thomas Fouilleron, directeur des archives et de la bibliothèque du palais, membre de cette commission à laquelle appartiennent aussi Christian et Jean-Louis Charlet. Cette rencontre a permis notamment de demander le privilège d’être accueillis dans la salle des colloques du Musée océanographique pour les séances de communications, qui se tiendront le vendredi 29 mai à partir de 14h et le samedi matin 30 mai. Les visites des deux expositions nouvelles sont prévues respectivement le samedi après-midi, pour celle au Musée des Timbres et Monnaies, et le dimanche matin pour celle au Musée d’Anthropologie préhistorique.  Le dîner de clôture rituel aura lieu le samedi soir. Cette année, nous devrions accueillir des représentants de la Société italienne de Numismatique, dont 4 présenteront des communications, en français. Comme le Conseil d’administration de la SfN, nos collègues italiens forment des vœux pour que les Journées de Monaco marquent le début d’une collaboration plus étroite entre nos deux Sociétés, avec éventuellement l’organisation d’événements communs, et dans un premier temps plus simplement par des échanges d’informations qui pourraient trouver place sur nos sites respectifs.

Par ailleurs, nous prévoyons de consacrer la séance du 10 octobre, qui se tiendra pendant toute la journée à la Monnaie de Paris, au papier-monnaie, idée proposée par Jérôme Jambu, qui a bien voulu se charger de sa mise en œuvre avec Patrice Baubeau.

Enfin, j’ai déjà répondu favorablement à l’invitation du Musée de la Cour d’Or-Metz Métropole d’y tenir nos Journées en juin 2021.

J’en terminerai en vous remerciant tous de la confiance que vous nous avez manifestée pendant toute l’année au Conseil d’administration de la SfN.

Je salue le départ de Christian Charlet du Conseil d’administration, où il a été assidu, y militant notamment pour la recréation du prix Babut. Je le remercie aussi de son action très efficace dans la préparation des Journées de Monaco. »

            Le rapport moral de la présidente de la SfN est adopté à l’unanimité (moins une abstention), à main levée.

Rapport financier 2019 du trésorier de la SFN, M. René Wack

Bilan 2019

« Dès le début de ce rapport, je souhaite remercier tous les membres du Bureau qui, au cours de l’année écoulée, ont aidé le trésorier à redresser les comptes de l’exercice 2019. En effet, après un exercice financier 2018 très alarmant, avec des pertes avoisinant 7 300 € pour un chiffre d’affaire de 44 000 €, la priorité était non seulement d’équilibrer les comptes mais aussi de réduire, voire de supprimer, les causes de ce déficit. Le résultat obtenu est largement supérieur à nos attentes, vu qu’en un seul exercice nous avons pu dégager un bénéfice permettant d’effacer les pertes de l’exercice 2018. Ce résultat a pu être obtenu grâce à une double action, la première consistant à limiter le nombre d’articles et de pages de la Revue Numismatique et du BSFN, la seconde à faire un état des lieux de revoir tous nos relations et contrats avec nos prestataires externes dans le domaine bancaire, l’assurance et surtout les nouvelles contraintes postales. Cette entrée en matière un peu longue vous permettra de mieux resituer les chiffres que je vais vous présenter.

           Au chapitre des recettes, nous constatons une érosion des cotisations qui s’élèvent à 21 000 €, à comparer avec les cotisations des exercices précédents qui étaient supérieure 22 000 €. Je précise que la base de cotisations de 2019 est identique à celle des deux exercices précédents, l’augmentation décidée lors de notre dernière Assemblée générale n’étant entrée en vigueur qu’au 1er janvier 2020. Les recettes de la Revue Numismatique sont globalement stables avec un montant de 7 708 € alors qu’elles étaient de 7 427 € en 2018, ce qui, en rajoutant la redevance des Belles-Lettres de 2 311 €, abouti à un total de 10 000 €. Il faut noter que ce chiffre comprend l’achat en fin d’année par la BnF des exemplaires de la Revue Numismatique de 2018 destinés aux échanges internationaux (3 132 €). Les recettes sont en augmentation pour les Journées numismatiques de Nîmes (3 904 €), dont l’explication réside dans le repas pris en commun le samedi midi au restaurant du musée. Les autres recettes sont soit en diminution pour les dons de nos membres et sponsors (770 €) comparés à 894 € en 2018, et 1 550 € en 2017, soit en augmentation pour  les abandons de créances de certains membres du Bureau (844 €), nos produits financiers de 2 033 € comparés à 1 407 € en 2018, et par une forte augmentation du crédit de TVA s’élevant à 4 270 €. Nous signalons que, pour obtenir le remboursement de ce crédit, nous avons dû introduire un recours devant le Tribunal administratif de Paris et le Conciliateur fiscal de Paris à la suite duquel nous avons pu obtenir gain de cause.

           L’ensemble des recettes, en conformité avec notre chiffre d’affaire annuel, s’élève ainsi à 44 280 €.

Au chapitre des dépenses, il faut souligner la spectaculaire diminution des coûts. Ceux du Bulletin sont passés de 17 877 € en 2018 à 14 225 €  en 2019, soit une économie de 3 650 € s’expliquant par la diminution des pages avec un total de 384 pages comparés aux 480 pages de 2018. Cette diminution est due principalement à la limitation à quatre communications par séance ordinaire. La réduction des coûts de la Revue numismatique est encore plus spectaculaire. Les coûts inflationnistes de 23 212 € pour la RN 2018 ayant été ramenés à 13 038 € en 2019, soit une économie de 10 000€. Cette économie s’explique par la limitation des articles qui a entrainé une diminution des pages, mais également de l’épaisseur du volume 176 de 2019 et surtout par la recherche de contrats plus adaptés à notre diffusion nationale et internationale, qui a permis de réduire les frais postaux de 5 000 €, limitant ceux de 2019 à 3 000 €, alors que ceux de 2018 se sont élevés à 8 000 €. Les autres dépenses de fonctionnement, conformes à nos prévisions, n’appellent pas d’observations particulières. Il faut souligner que le travail collectif de mise en conformité de notre politique éditoriale avec notre chiffre d’affaire et notre évaluation et révision des contrats et relations commerciales avec nos prestataires externes a permis de reconstituer nos réserves en un seul exercice et d’entrevoir l’avenir de notre association de façon plus sereine.

            L’ensemble des dépenses s’élève à 44 069 €, ce qui, rapproché des recettes de 44 280 €, dégage un résultat de 211 €.

Projet de budget 2020

Ce projet est établi sur la base d’un chiffre d’affaire stable et sur une base de 44 500 € à 45 000 €.

Au chapitre des recettes, nous prévoyons des cotisations en augmentation en tenant compte des nouveaux tarifs soit 22 500 €. À ce chiffre s’ajoutent principalement les recettes de la Revue Numismatique de 7 500 € et celles de la redevance des Belles-Lettres, prévue en très forte augmentation à 5 484 €, soit un montant global avoisinant 13 000 €. Bien que n’ayant pas le détail des Revues vendues par année de parution, il est évident que ce chiffre représente un pourcentage important des ventes de la Revue 175 de 2018 qui, vu les difficultés avec l’administration des postes, était parue tardivement et les ventes de la Revue 176 de 2019 parue et diffusée à l’automne 2019. Nous signalons un crédit de TVA d’un montant de 2 080 €, en diminution, mais proche des crédits annuels précédents, le crédit exceptionnellement élevé de 2019 étant lié à l’explosion de nos coûts postaux supportant une TVA de 20 %.

Alors que les comptes prévisionnels étaient déjà établis, nous avons eu l’heureuse surprise de recevoir deux dons exceptionnels de 1 300 € chacun, en provenance des époux Rambach-d’Ottone, représentant chacun vingt années de cotisation de membres étrangers (nouveau tarif) et les rendant éligibles au titre de membre bienfaiteur selon nos Statuts.

            Les recettes prévues hors donations s’élèvent à 44 514 €.

Au chapitre des dépenses, nous prévoyons une stabilité des coûts tant du Bulletin que de la Revue, en tenant compte des économies réalisées permettant une plus grande souplesse de gestion soit respectivement 16 000 € pour la RN et 16 000 € pour le BSFN. Les autres dépenses récurrentes restant peu ou prou à l’identique, avec des frais de réception et de subventions de 2 000 €, et des frais de fonctionnement à 3 500 €. Le prix Babut d’un montant de 300 € sera à nouveau attribué en 2020.

La bonne tenue de nos comptes nous permettra d’acquérir un nouvel ordinateur compte tenu de l’obsolescence de l’actuel. De même, il nous sera possible d’accorder une bourse de contribution aux frais de déplacement à un ou plusieurs étudiants (doctorants) pour participer au prochain congrès du Conseil international de Numismatique qui se tiendra en Pologne.

Les dépenses prévues s’élèvent à 44 514 €, permettant un budget équilibré avec un résultat positif de 214 €. »

            Le rapport financier 2019 du trésorier de la SfN est adopté à l’unanimité, à main levée.

Renouvellement du Conseil d’Administration de la SFN

            Les bulletins de vote concernant l’élection du nouveau Conseil d’Administration de la Société française de Numismatique sont distribués. À l’issue des opérations de vote et du dépouillement du scrutin réalisé par Mme Eleni Papaefthymiou et M. Joël Françoise, M. Françoise proclame les résultats du vote :

Membres présents : 41

Votes par procuration (pouvoirs) et par correspondance : 73 (73 + 0)

Nombre total de votants : 114

Suffrages exprimés : 114

Bulletins blancs ou nuls : 0

            Les candidats au Conseil d’administration de la SFN ont respectivement obtenu :

M. Patrice Baubeau : 111 voix

Mme Catherine Grandjean : 114 voix

M. Pierre-Olivier Hochard : 114 voix

M. Antony Hostein : 114 voix

M. Jérôme Jambu : 97 voix

Mme Sylvia Nieto-Pelletier : 109 voix

M. Laurent Schmitt : 100 voix

M. Arnaud Suspène : 114 voix

M. Patrick Villemur : 107 voix

M. René Wack : 114 voix

M. Franck Wojan : 114 voix

            Tous les candidats sont élus à la majorité absolue. Mme Frédérique Duyrat, directeur du département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France, est membre de droit du Conseil d’administration.

Le nouveau Conseil d’administration se retire ensuite à huis clos pour élire en son sein les membres du « Bureau » de la SFN et procéder à la répartition des fonctions, dont la liste est ensuite communiquée à l’assemblée :

Mme Catherine Grandjean : présidente ;

Mme Sylvia Nieto-Pelletier : vice-présidente ;

M. Franck Wojan : secrétaire général ;

M. René Wack : trésorier ;

M. Jérôme Jambu : secrétaire de rédaction de la Revue numismatique ;

M. Pierre-Olivier Hochard, secrétaire de rédaction du Bulletin de la Société française de Numismatique ;

Mmes Frédérique Duyrat, Catherine Grandjean et M. Arnaud Suspène : directeurs de la Revue numismatique ;

MM. Patrice Baubeau, Antony Hostein et Patrick Villemur : conseillers.

Élection d’un membre d’honneur

            Un membre d’honneur est proposé à l’élection. Il s’agit cette année de M. Christian Charlet dont la candidature est présentée par M. René Wack, qui retrace sa carrière et son parcours au sein de notre Société.

            Le vote à bulletin secret a donné les résultats suivants :

Membres présents : 41

Nombre de pouvoirs distribués : 73

Nombre de votants : 112

Suffrages exprimés : 111

Bulletins blancs ou nuls : 1

            M. Charlet a obtenu 78 voix pour et 33 contre. Il est élu membre d’honneur de la SFN à la majorité absolue.

Élection d’un membre titulaire

            Un membre titulaire est ensuite proposé à l’élection. Il s’agit de M. Laurent Stéfanini, ambassadeur de France en principauté de Monaco.

Le vote à bulletin secret  a donné les résultats suivants :

Membres présents : 41

Nombre de votants : 41

Suffrages exprimés : 41

Bulletins blancs ou nuls : 0

M. Stéfanini obtient 41 voix sur 41. Il est élu membre titulaire de la SFN à l’unanimité.

Nomination de deux membres bienfaiteurs

            M. René Wack, trésorier de la SFN, a le plaisir de proposer à la qualité de membre bienfaiteur Mme Arianna d’Ottone-Rambach et M. Hadrien Rambach à la suite de leur versement respectif d’une « somme au moins égale à vingt fois le montant de la cotisation annuelle » (article 3-a des Statuts de la SFN).

            La SFN et l’assemblée se joignent au trésorier pour remercier Mme d’Ottone-Rambach et M. Rambach de leur geste.

Rapport du Comité de publication de la Revue numismatique 2014-2020,

par Mme Cécile Morrisson

            « Le dernier rapport de synthèse du comité de publication de la Revue numismatique, établi et lu par Olivier Picard à l’Assemblée générale ordinaire du 1er mars 2014 couvrait les cinq années 2009 à 2013. Il me revient donc ici de faire le point sur les six années 2014-2019 pendant lesquelles le comité de direction ratifié en 2014 est composé de Frédérique Duyrat ex officio, Cécile Morrisson, Marc Bompaire, Catherine Grandjean, Arnaud Suspène, et le secrétariat de Jérôme Jambu, Vincent Drost et Anthony Hostein, ce dernier remplacé par Julien Olivier en 2015. Ce triumvirat se répartit la tâche de façon équilibrée, Vincent Drost se consacrant aux articles de numismatique antique, Julien Olivier aux comptes rendus et, depuis 2017, aux acquisitions et le “chef d’orchestre”, Jérôme Jambu, aux autres rubriques et à la gestion de l’ensemble.

            En 2011, la section 32 du CNRS dans son évaluation félicitait déjà la Revue pour sa ponctualité, chaque volume paraissant en temps et heure dans l’année. On ne peut que reprendre ici la formule qui revient dans tous les rapports présidentiels de Michel Amandry : « la Revue sort désormais à l’automne et cela est dû à l’efficacité de son secrétariat, Jérôme Jambu en tête » ; j’ajouterais aux règles qu’il a fixées et fait appliquer. Il faut l’en remercier de même que pour la réactivité qui a permis de sortir la Revue 2018 à temps grâce au recours à l’imprimerie Corlet alors que France Quercy était mis en faillite. Depuis 2016 le volume est mis en page, comme l’est maintenant le Bulletin, par Fabien Tessier qui apporte un grand soin à la mise en page et à la qualité des illustrations toutes intégrées au corps des articles et imprimées sur le même papier couché, source d’économies et très pratique pour la consultation en ligne.

            Chaque année le “volume des volumes”, si j’ose dire, est resté imposant, dépassant en moyenne les 600 (614) pages sur la période, quand les cinq volumes précédents frôlaient seulement cette moyenne (594). Mais ces dimensions ne sont pas sans poser problème, quand la tranche du volume emballé dépassait comme en 2018 les 3 cm et faisait exploser le coût d’expédition. En accord avec le comité de gestion et la SFN, le volume 2019 a été ramené à des proportions plus raisonnables, légèrement en dessous des 500 pages, comme le sera d’ailleurs le volume 2020 (cf. rapport financier).

            L’essentiel demeure la qualité unanimement reconnue au plan international. Elle repose sur une sélection opérée sur des manuscrits anonymes par deux voire trois rapporteurs appartenant la plupart du temps au comité de lecture – ce qui n’exclut pas, au besoin, le recours à des experts extérieurs. Le comité de lecture avait été élargi en 2011 et inclut désormais, outre un historien de la monnaie contemporaine, neuf collègues étrangers sur un total de 22 membres (un allemand, un autrichien, un belge, un britannique, un danois, une grecque, deux italiens et un suisse). Selon les lignes déjà évoquées par Olivier Picard, nous nous efforçons toujours de maintenir l’équilibre d’une part entre cahiers thématiques (présents dans cinq de ces six volumes, mais non dans le dernier) et articles proposés, ainsi qu’entre auteurs français et étrangers, entre articles en français et dans une autre langue, entre auteurs confirmés(universitaires et chercheurs aussi bien qu’érudits membres de la SFN ou non) et jeunes auteurs car nous sommes soucieux de soutenir ainsi le renouvellement du vivier de notre discipline.

Quelques chiffres illustreront l’équilibre que nous recherchons implicitement et avons, me semble-t-il, atteint. En ce qui concerne les langues, le français reste dominant, les articles en langue étrangère variant entre un maximum de 42 % et un minimum de 13 % pour une moyenne de 25 % raisonnable pour une revue de rang international dont 31 % des auteurs sont étrangers (10 italiens, 7 britanniques, 6 espagnols, 5 grecs, 3 pour chacun des pays suivants, États-Unis, Belgique, Autriche, une albanaise et un afghan) et dont une partie fait encore l’effort d’écrire dans notre langue. Des quatre langues étrangères admises par la Revue, toutes, sauf l’allemand, ont été représentées : l’espagnol et l’italien dans trois articles chacune, l’anglais venant largement en tête avec 19 des 25 articles, ce qui ne surprendra pas, mais pose des problèmes  dans la mesure où il n’est pas maîtrisé par les auteurs non anglophones qui l’emploient et que ceux-ci ne sont pas plus en mesure que le secrétariat ou les relecteurs de le toiletter aussi bien qu’il serait souhaitable.

Le rééquilibrage vers la numismatique moderne que nous appelions de nos vœux a été réalisé puisqu’elle a légèrement dépassé le médiéval avec 17 articles – et même 18 si on y annexe un article sur la pièce de 100 francs-or de 1928 – contre 15 sur un total de 109 et vient donc en deuxième place. Le romain se taille évidemment la part du lion (41) en raison en partie du cahier Bastien de 2014, mais aussi parce que je lui ai attribué les 4 études des monnaies provinciales que M. Picard donnait à la rubrique « grecque » qui n’est plus dans ces conditions qu’à la quatrième place (13) suivie par les byzantines (7), les celtiques et les orientales à égalité (4), les celtiques souffrant ici du fait que j’ai considéré comme grecques les monnaies de Marseille sans les annexer à la Gaule par réflexe nationaliste. Une répartition qui reflète l’activité respective de ces secteurs. Il en va de même pour la proportion de chercheurs “statutaires” (enseignants-chercheurs, archéologues, conservateurs de musée, etc.) (68 %), de non-statutaires (numismates professionnels, collectionneurs, érudits) (18 %), et de doctorants ou post-doctorants (25 soit ± 17 %). L’absence des médailles, jetons et autres objets paramonétaires reste à déplorer comme en 2014, mais on peut se féliciter de l’équilibre entre études classiques, enquêtes interdisciplinaires fondées sur l’archéologie ou l’archéométrie, et synthèses sur l’usage de la monnaie ou des billets, équilibre et qualité qui font la réputation de la Revue.

De cette réputation témoigne le classement de la RN par l’ERIH (European Reference Index for the Humanities) en rang international 1A, élément d’attractivité auprès des auteurs. Le seul autre périodique numismatique ainsi classé est la Numismatic Chronicle. La mesure de notre rayonnement est donné par le nombre croissant de consultations des volumes 1958-2017 actuellement en ligne sur Persée. Rappelons que le mur mobile est de deux ans et que le secrétariat veille à la fois à la transmission des fichiers pdf à Persée et à rappeler aux auteurs qu’il n’est pas permis d’afficher leurs tirés-à-part électroniques sur un site public avant ce délai. En 2014 le nombre de visites mensuelles était en moyenne de 10 627 ; il n’a cessé d’augmenter pour s’établir à 15 640 en 2019, sans pour autant nuire trop à la diffusion papier. La RN est référencée (résumé et indexation de chaque article) dans Scopus, l’Année philologique, la iBZ Online(Internationale Bibliographie der geistes- und sozialwissenschaftlichen Zeitschriftenliteratur / International Bibliography of Periodical Literature on the Humanities and Social Sciences) et la Byzantinische Zeitschrift pour les articles byzantins au sens large.

En 2014, Olivier Picard voyait dans la composition du nouveau comité de publication “une équipe harmonieuse, capable de travailler en bonne entente afin de maintenir le niveau de la Revue, en accord avec le Cabinet des Médailles et la Société”. Nous nous y sommes efforcés et vous laissons le soin de nous juger dignes de poursuivre. »

Jeton de vermeil 2020

            M. Michel Amandry, ancien président de la SFN, a la plaisir d’annoncer que le jeton de vermeil de la Société française de Numismatique, qui est décerné chaque année à un savant étranger par le collège des trois anciens présidents de la SFN (Jean-Pierre Garnier, Ariane Bourgeois et Michel Amandry), a été attribué au titre de l’année 2020 à Monsieur Michele Asolati, professeur titulaire de la chaire de Numismatique grecque et romaine et de Numismatique médiévale et moderne à l’université de Padoue.

            La présidente de la SFN déclare close l’Assemblée générale ordinaire et ouvre la séance ordinaire.

Assemblée Générale – 2 mars 2019

Présidente : Mme Catherine Grandjean, présidente de la SFN.

Membres présents (43) : Mmes et MM. P. Baubeau, M. Bompaire, A. Bourgeois, P. Bourrieau, Fr. Boursier, L. Calmels, Chr. Charlet, O. Charlet, M. Chauveau, J. Dharmadhikari, B. Fischer, Br. Foucray, J.-P. Garnier, G. Gautier, C. Grandjean, St. Gustave, P.-O. Hochard, J. Jambu, Br. Jané, Y. Jézéquel, Fr. Joyaux, H. de Labriffe, J.-P. Le Dantec, J.-Y. Lemerle, Ph. Mathieu, J. Meissonnier, C. Morrisson, S. Nieto-Pelletier, O. Michel, J. Olivier, O. Picard, L. Reinert, A. Ronde, Ph. Schiesser, L. Schmitt, A. Suspène, L. Trommenschlager, S. de Turckheim-Pey, S. Valin, N. Verzéa, P. Villemur, R. Wack, Fr. Wojan.

Membres excusés : Mmes et MM. M. Amandry, Th. Cardon, Fr. Duyrat, A. Hostein, M. Hourlier, M.-L. Le Brazidec.

Les membres de la Société française de Numismatique (SFN) sont accueillis dans la salle Walter Benjamin de l’Institut national d’Histoire de l’Art (INHA) à partir de 13h30. Il est procédé à l’émargement de la liste de présence, puis à la distribution des pouvoirs.

Mme Catherine Grandjean, présidente de la SFN, déclare ouverte l’Assemblée générale ordinaire de la SFN à 14h05. Elle propose, comme le veut la coutume, que la séance ordinaire soit reportée à l’issue de l’Assemblée générale, puis demande l’accord des membres présents pour que le Conseil d’administration sortant assure le déroulement de l’Assemblée générale et des opérations de vote.

Rapport moral 2018 de la présidente de la SFN, Mme Catherine Grandjean

« Michel Amandry, en achevant il y a juste un an avec un peu de nostalgie son mandat de président, assurait laisser notre Société en bon ordre de marche, pilotée par un Bureau et un Conseil d’administration (CA) compétents et efficaces. Dès les premières réunions du samedi matin, j’ai pu constater que tel était bien le cas. De fait, bien d’autres sociétés savantes nous envient avec raison notre Conseil d’administration.

Succéder à Michel a donc été à la fois un honneur et un plaisir d’autant que trois événements marquants avaient déjà été planifiés : la séance d’avril à l’occasion du cent-cinquantenaire de l’EPHE, les Journées de juin à Orléans et celle de septembre en l’honneur de Sylvie de Turckheim et de Georges Gautier.

Je veux remercier ici de leur engagement les membres du Conseil d’administration, qui ont beaucoup travaillé, les nouveaux élus, Laurent Schmitt et Patrick Villemur s’étant d’emblée bien accordés avec les anciens.  Le Bureau, Pierre-Olivier Hochard René Wack et Franck Wojan, qui assure au quotidien le fonctionnement de la SfN, mérite pleinement notre gratitude et notre confiance : depuis mars dernier,  il a su régler efficacement les difficultés qui n’ont pas manqué de se présenter, entre le dépôt de bilan soudain de notre imprimeur France-Quercy, remplacé au débotté, en moins d’une semaine, par la maison normande Corlet, et les problèmes de routage, avec les perturbations diverses que nous avons connues pour les BSFN des séances de l’automne, BSFN que vous avez reçus finalement en février. Et le plus grave, qui a donné des sueurs froides à notre trésorier, a été la forte augmentation des tarifs de la Poste, qui a fortement impacté nos finances. Nous y reviendrons tout à l’heure, car des mesures s’imposent.

Cette année, le Conseil d’administration a concentré son activité sur la visibilité de notre société : la raison sociale « Société française de Numismatique », le signe SfN et les logos sont désormais des marques déposées à l’Institut national de Propriété intellectuelle (INPI). Un poster présentant la SfN, ses activités, son histoire et ses réalisations, a été présenté pour la première fois lors des Journées d’Orléans. Le site de la Société a aussi été toiletté et son bandeau actuel est le fruit d’un travail collectif, sous la houlette de Pierre-Olivier Hochard ; ce dernier a installé un compteur qui a recensé 19 000 visites du site au mois de janvier ; il faut faire la part des visites de robots, mais cette première indication est très encourageante.  Le CA dans son ensemble, a en outre préparé des rapports sur les ouvrages éligibles au Prix Babut.

Enfin, j’ai une pensée particulière pour Jean-Pierre Garnier que je remercie en notre nom à tous de continuer à préparer nos jetons à la Monnaie de Paris contribuant ainsi par ce biais aussi au rayonnement international de la SfN.

Séances

De mars 2018 à février 2019, nous avons tenu nos dix séances, qui ont réuni au total 304 membres et invités, sans compter les membres de l’Association numismatique du Centre, y compris lors des samedis d’automne marqués par les manifestations des gilets jaunes non loin de la rue de Richelieu. Nous nous sommes réunis 6 fois dans le Quadrilatère Richelieu grâce à Frédérique Duyrat et à Jérôme Jambu ; les autres séances, hormis celles d’Orléans, ont eu lieu à l’INHA où Antony Hostein nous permet d’être reçus. Je les remercie tous trois en notre nom de leur accueil dans ces locaux du Quadrilatère Vivienne.

Les Journées d’Orléans ont réuni 70 personnes, celles d’avril 35 et celles de septembre 37. Il y avait dans ces trois cas quelques personnes invitées, mais ces séances exceptionnelles sont à l’évidence plus attractives que les autres, qui ont été suivies par une vingtaine de membres. Le calendrier joue évidemment un rôle : ainsi la séance du 5 janvier a été la moins fréquentée, avec seulement 21 membres présents. La séance d’avril, organisée par Antony Hostein dans la salle Fabbri de l’INHA, en présence d’Hubert Bost, président de l’EPHE et de plusieurs directeurs d’études, dont François de Callataÿ et Jean-Louis Ferrary, sans parler de Michel Amandry et de Marc Bompaire, a bien rappelé, via neuf communications, les liens étroits entre nos deux institutions, aussi bien à l’échelle des membres et des directeurs d’études, que de la contribution de l’EPHE aux progrès de la numismatique en France, dès les conférences d’Olivier Rayet dans les années 1883-1884. Il a fallu toutefois attendre 1941, avec la charge de conférences en numismatique française pour Pierre le Gentilhomme, pour qu’un enseignement proprement numismatique y voie le jour. D’autres grandes figures, comme celles de Louis Robert, Jean Lafaurie, Julien Guey, Georges le Rider et d’autres ont été évoquées lors de cette belle journée.

Les Journées numismatiques organisées à Orléans les 1er, 2 et 3 juin derniers en partenariat avec l’Association numismatique du Centre et le CNRS IRAMAT- Centre Ernest Babelon (CEB) ont été un grand succès, avec douze communications réparties en cinq sessions : le vendredi matin, ceux qui le souhaitaient avaient pu visiter le Centre Babelon, pilotés par Sylvia Nieto-Pelletier, directrice du Laboratoire, assistée de Maryse Blet-Lemarquand et de Thomas Faucher. Tous se sont retrouvés ensuite dans le beau cadre de l’hôtel Dupanloup pour les discours d’usage et deux séances de communications, qui ont fait la part belle aux analyses élémentaires pratiquées au CEB sur des monnaies de la BnF dans le cadre de projets financés par la Région Centre et l’Agence nationale de la Recherche. Lors de la pause, il a été possible d’examiner les posters exposant les actions et réalisations de la SfN, de l’IRAMAT et de l’ANC, qui avaient été installés au rez-de-chaussée de l’hôtel Dupanloup. À l’issue de cette journée eut lieu le pot offert par l’ANC dans le cadre prestigieux de l’hôtel Groslot, où nous avons été accueillis par M. Abel Moittié, conseiller municipal délégué par M. le Maire d’Orléans. Le samedi, changement de décor : la SfN a été reçue dans l’amphithéâtre du Musée des Beaux-Arts, pour les trois dernières sessions de communications consacrées à des questions touchant en majorité la numismatique orléanaise ou ligérienne, et la séance ordinaire. Le dîner de clôture du samedi soir, au restaurant Le Grand Martroi fut aussi une réussite, comme la visite guidée avec conférencière du lendemain, le tout organisé avec maestria par notre trésorier.

Au retour des vacances estivales, le 8 septembre, s’est tenue la journée exceptionnelle en l’honneur de Sylvie de Turckheim-Pey et de Georges Gautier, où l’érudition l’a disputé à la convivialité et à l’amitié. Dix belles communications portant tantôt sur la numismatique romaine, tantôt sur les jetons et médailles, y ont été présentées, avec in fine l’intervention très appréciée de Nicolas Salagnac, graveur-médailleur, et ensuite, un pot offert les deux récipiendaires.

Publications

La Revue numismatique, malgré les problèmes de routage, nous est parvenue en fin d’année, grâce à l’efficacité des secrétaires de rédaction, Jérôme Jambu, Vincent Drost et Julien Olivier, que je remercie chaleureusement de leur efficacité et de leur diligence. Ce 175e volume de la Revue, composé par Fabien Tessier et imprimé par l’imprimerie Corlet, compte 680 pages, soit 200 de plus que le volume précédent. Il comprend un cahier thématique fort de 6 contributions, sur les aspects monétaires et financiers des légitimités politiques dans l’Antiquité, issues d’un colloque coorganisé par Dorian Bocciarelli et Pierre-Olivier Hochard à Orléans et à Tours. Il s’y ajoute 14 articles dont 4 en anglais et 1 en italien, qui favorisent le rayonnement international de la Revue, via notamment sa version numérisée sur Persée. Ils portent sur des sujets divers répartis sur un arc chronologique très large, de la numismatique grecque à l’histoire des collections contemporaines. Cette année le coût de la Revue a été particulièrement élevé, tant en raison du nombre de pages élevé, que parce que, en raison de la modification de la politique tarifaire de la Poste, le volume emballé, d’une épaisseur supérieure à 3 cm a entraîné un fort  enchérissement des coûts postaux.

Le Bulletin de la SfN est le fruit du travail des communicants et des auteurs de correspondances. Je remercie en notre nom à tous Pierre-Olivier Hochard qui a assuré cette année encore une publication rapide du BSFN, malheureusement ralentie pour les trois derniers numéros de l’année par des problèmes de routage. Le volume 73 du Bulletin compte 464 pages. 72 articles, dont 17 correspondances ont été publiés depuis mars 2018. Au total, nous avons donc entendu 55 communications depuis mars 2018. L’Antiquité, surtout la numismatique romaine, s’est taillée la part du lion avec 20 communications, suivie par la numismatique médiévale (15 communications), la numismatique moderne et contemporaine (principalement royale française) avec 12 communications, à égalité cette année, journée EPHE oblige, avec des contributions consacrées à l’histoire et la méthodologie de notre discipline. Il y a eu aussi, et pas seulement en septembre, 7 communications sur les jetons et médailles, trois communications sur la numismatique italienne, deux sur la Chine et une sur les poids de ville.

Congrès, colloques et autres manifestations

Il n’est guère envisageable de rappeler ici l’ensemble des manifestations annoncées chemin faisant dans le Bulletin, qu’elles soient organisées par des membres de notre Société  ou qu’ils y aient pris part, tant elles sont nombreuses – ce qui atteste le rayonnement de la SfN, tant en province qu’à l’étranger. Je me contenterai de rappeler que  la SfN a bénéficié cette année encore d’un stand gratuit lors du Salon organisé par Syndicat National des Experts Numismates et Numismates Professionnels (SNENNP) au Palais Brongniart le 20 octobre dernier. Par ailleurs, la Journée en hommage à Jean Babelon, coorganisée par J.-P. Babelon, Chr. Charlet et Fr. Ploton, s’est tenue finalement à l’École des Chartes le 9 février dernier ; en mon absence pour cause d’engagement antérieur ailleurs, Cécile Morrisson avait accepté, et je l’en remercie, d’y représenter notre Société.

Jeton de vermeil

A l’occasion de la séance de décembre Michel Amandry a remis au nom des deux autres anciens présidents, le jeton de vermeil 2018 à Kevin Butcher, qui a donné une belle communication intitulée « le monnayage des Assyriens » publiée dans le BSFN de décembre.

Effectifs

Nous comptons actuellement 420 membres honoraires, titulaires, correspondants et institutionnels. Quelques membres nous ont quitté: Jean-Baptiste Giard, Michael Metcalf, Vasso Penna.

Et nous avons accueilli depuis mars dernier 15 nouveaux membres, soit le double de l’an dernier. Il faut s’en féliciter et remercier ceux qui parmi, tant au sein du CA qu’en-dehors, font rayonner notre Société et la rendent attractive, tout en leur demandant de ne pas relâcher leurs efforts pour amener de nouveaux membres.

C’est indispensable, pour perpétuer nos études et pour lutter contre l’érosion inévitable du nombre des cotisants.

Distinctions

Cécile Morrisson est devenue membre d’honneur de l’Académie autrichienne des Sciences le 20 avril 2018.

Le Prix Babut 2018 a été décerné cette année à Bruno Jané, membre correspondant de la SfN, Kevin Kazek et Mylène Didiot pour leur ouvrage L’or de Metz 2: les ateliers messins du XIVe s. à l’époque contemporaine : une image du pouvoir, paru en 2018.

Christian et Jean-Louis Charlet et Francesco Pastrone, respectivement membres titulaires et correspondants de notre Société, ont été nommés par une ordonnance souveraine du 3 septembre dernier par son Altesse Sérénissime le prince Albert de Monaco membres du Comité de gestion du musée des Timbres et Monnaies de Monaco.

Madame Jankowski a par ailleurs reçu le prix de la Fondation Flora Blanchon pour financer la publication de sa thèse intitulée Les cercles de collectionneurs et de numismates dans la région de Pékin durant la première moitié du XIXe s.

L’avenir

Les Journées prévues à Nîmes du 31 mai au 2 juin sont en bonne voie d’organisation. René Wack, Franck Wojan et moi même avons séjourné deux jours à Nîmes le mois dernier afin de rencontrer la directrice des collections du Musée de la Romanité, Dominique Darde, en compagnie de Joël Françoise, et aussi le directeur de Musée, Franck Escojido. Nous avons rencontré aussi Stéphane Blanchard et Pascal Schlegel, respectivement présidents des Sociétés numismatiques d’Alès et de Nîmes, nos partenaires pour ces Journées.

Nous aurons le privilège d’être accueillis à titre gracieux dans l’amphithéâtre du Musée de la Romanité pour les séances de communications, le vendredi 31 mai à partir de 14h et le samedi 1er juin après-midi, probablement en présence du Maire adjoint à la culture M. Franck Valade. Le samedi matin est prévue une visite du Musée par Madame Darde, suivie d’un déjeuner au restaurant du dit-musée. Un restaurant, en face du Musée et des Arènes est déjà réservé pour le banquet du samedi soir. Madame Bourgade, maire-adjointe au tourisme, est disposée à proposer deux parcours de visite au choix pour le dimanche matin si le groupe intéressé dépasse 30 personnes.

La séance d’avril sera consacrée à des communications présentées par des doctorants, désireux de tester leurs idées et de présenter leurs travaux inédits devant notre Société.

L’avenir de la Société, c’est aussi le début de la numérisation du BSFN jusqu’en 2015, grâce à un projet de la BnF piloté par Julien Olivier. Le BSFN sera donc prochainement accessible sur le site Gallica de la BnF.

J’en terminerai en vous remerciant tous de votre attention et aussi de la confiance que vous avez manifestée pendant toute l’année à l’Équipe en charge de la SfN, moi comprise.

Je vous remercie de votre attention. »

Le vote à bulletin secret n’est pas demandé. Le rapport moral de la présidente de la SFN est adopté, à mains levées, à l’unanimité.

Rapport financier 2018 du trésorier de la SFN, M. René Wack

« Après les traditionnels remerciements d’usage aux personnes qui, au cours de l’année écoulée, ont encore aidé le trésorier dans sa tâche, je vais vous présenter un rapport financier contrastant fortement avec celui de l’exercice précédent avec un déficit record de près de 7.300 €.

Recettes

Au chapitre des recettes nous constatons une très grande stabilité des cotisations qui s’élèvent à 22.384 € à comparer avec celles de l’exercice précédent de 22.405 €. Les recettes de la Revue numismatique sont en légère diminution avec un montant de 7.427 € alors qu’elles étaient de 7.880 € en 2017. Nous constatons également la poursuite de l’érosion de la redevance des Belles Lettres qui n’est que de 3.319 € en 2018, alors qu’elle se montait à 3.748 € en 2017, 5.796 € en 2016 et 7.206 € en 2015. Le montant attendu pour 2018 ne sera plus que de 2.311 €. Cette forte diminution des ventes de la Revue numismatique trouve probablement son explication dans la publication régulière de cette dernière au bout de deux ans sur le site Persée, la vente des anciens numéros s’étant effondrée. La subvention du CNRS de 1.000 € ne compense pas les pertes de recettes des ventes par Les Belles Lettres.

Les autres recettes sont, soit stables pour les Journées Numismatique d’Orléans (2855 €), soit en diminution pour les dons de nos membres et sponsors (894 € pour 1.550 € en 2017), les abandons de créances de certains membres du Bureau (354 €) et nos produits financiers de 1407 € pour 2.550 € en 2017, année qui avait enregistrée une forte plus-value de certains placements à terme.

Ces diminutions de recettes sont toutefois compensées par une augmentation du remboursement de la TVA étant de 2752 €, comparé à 1015 € en 2017.

Les recettes de 43.032 € sont dans la moyenne mais notoirement insuffisantes pour équilibrer le budget ; nous avons dû procéder à une reprise de provision de 7.000 €.

 L’ensemble des recettes s’élève ainsi à 50 032€.

Dépenses

Au chapitre des dépenses, il faut souligner une augmentation des frais d’impression, de gestion et de routage du Bulletin passant de16 053 € à 17 877 €. Cette augmentation des coûts s’explique par l’augmentation des pages des Bulletins avec un total de 480, l’année 2018 – outre les Journées numismatiques – ayant connu deux séances exceptionnelles, l’une en l’honneur de deux anciens de nos présidents Mme Sylvie de Turckheim-Pey et M. Georges Gautier, l’autre pour la célébration du cent cinquantenaire de l’EPHE.

Les frais de la Revue numismatique sont en très forte augmentation passant de 14 813 € à 23 212 €. Si une partie de cette augmentation est liée au nombre d’articles et de pages de la Revue 2018, c’est principalement l’explosion des frais de routage postaux qui explique cette augmentation. Les frais postaux se sont élevés à 6 178 €, auxquels il faut rajouter 1 990 € de cartonnage et étiquetage, ce qui pour les seuls frais de distribution de la Revue fait un total de 8 168 €, expliquant le déficit de l’exercice.

Les autres frais, liés aux Journées numismatiques et aux charges financières, sont en légère hausse. Il faut signaler une dépense non récurrente de 540 € provenant du dépôt auprès de l’INPI du logo et du nom de notre Société.

 L’ensemble des dépenses s’élève à 50 319 € ce qui, rapproché des recettes de 50 032 € dégage une perte de 287 €.

Projet de budget 2019

Ce projet est établi sur la base de recettes constantes.

Au chapitre des recettes, nous prévoyons un chiffre stable de 22.500 € pour les cotisations. À ce chiffre s’ajoutent principalement les recettes de la Revue numismatique et celles de la redevance des Belles Lettres, prévue en diminution, d’un montant global de 9.800 €.

Il faut également noter un remboursement important de TVA, d’un montant de 4 270 € pour l’année fiscale 2018. Toutefois un courrier de dernière minute en provenance de l’administration fiscale nous notifie un rejet de notre demande de remboursement au motif que les demandes doivent être faites sur une base trimestrielle et non annuelle. Il faut préciser que les demandes de remboursement ont toujours été faites sur une base annuelle depuis que notre Société a été assimilée à une société d’édition et cela tant par imprimé papier que par télédéclaration. Ce rejet entraine de facto la perte du remboursement des trois premiers trimestres soit un montant de 2 045 €. Un recours contre cette décision est en cours d’examen. En cas d’échec de ce recours nous serons dans l’obligation de reprendre une provision complémentaire de 2.000 €.  Pour équilibrer le budget 2019 une reprise de provision de 4 000 € ou de 6 000 € est envisagée, qui semble indispensable pour faire face à l’augmentation des coûts liés la Revue numismatique.

Les recettes prévues s’élèvent à 47 031 €.

Au chapitre des dépenses, nous prévoyons 20 000 € pour la Revue numismatique en réduisant les coûts, ainsi que 16 500 € pour le Bulletin en diminuant le nombre de pages des Bulletins. Les autres dépenses récurrentes restant peu ou prou à l’identique, avec des frais de réception et de subventions de 2 000 € et des frais de fonctionnement à 3 500 €, le prix « Babut » d’un montant de 300 € sera attribué début 2019 pour l’année 2018.

Les dépenses prévues s’élèvent à 47 300 € permettant un budget équilibré avec une perte limitée de 269 €. »

Le vote à bulletin secret n’est pas demandé. Le rapport financier et le projet de budget présentés par le trésorier de la SFN sont adoptés, à mains levées, à l’unanimité.

M. Georges Gautier demande la parole et suggère à l’assemblée de féliciter le trésorier de la SFN pour le travail accompli et son courage face aux difficultés importantes rencontrées cette année. Une salve d’applaudissements retentit alors dans la salle Benjamin.

            Afin de faire face aux difficultés budgétaires rencontrées, et notamment la hausse des frais postaux[1], le trésorier de la SFN propose à l’assemblée de revoir ainsi les montants des cotisations à partir de 2020 :

  PROJET FRAIS DE PORT EN SUSREMARQUES
COTISATIONS 2020
Membres titulaires 65 € Au lieu de 62 €
Membres correspondants 56 € Au lieu de 54 €
Membres étudiants 30 € Inchangé
Membres résidents
étrangers
65 € Au lieu de 60 €
Institutionnels membres assimilés 65 € Au lieu de 54 €
       
ABONNEMENTS RN 2020
Abonnés RN 2020 France 60 € 10 € Au lieu de 54 €
Abonnés 2020 RN
résidents étrangers
60 € 20 € Au lieu de 54 €
Ventes RN 2020
Belles-Lettres
60 € Au lieu de 54 €
       
ABONNEMENTS
BSFN 2020
Abonnés BSFN France 40 € Inchangé
Abonnés BSFN
ésidents étrangers
45 € Inchangé

Au terme d’un débat ponctué parfois d’échanges assez vifs, la présidente de la SFN soumet les nouveaux tarifs proposés par le trésorier au vote de l’assemblée. Le vote à bulletin secret n’est pas demandé. L’assemblée, à mains levées et à l’unanimité, donne son accord pour le changement des cotisations et des abonnements à la SFN applicable pour et à partir de l’année 2020.

Jeton de vermeil 2019

M. Jean-Pierre Garnier, ancien président de la SFN, a la plaisir d’annoncer que le jeton de vermeil de la Société, qui est décerné chaque année à un savant étranger par le collège des trois anciens présidents de la SFN (Jean-Pierre Garnier, Ariane Bourgeois et Michel Amandry), a été attribué au titre de l’année 2019 à Mme Helen Wang, curator of East Asian Money au Department of Coins and Medals du British Museum. Mme Wang est spécialiste des monnaies et des billets extrême-orientaux du XVIIe siècle à nos jours. Sa thèse de doctorat (PhD), soutenue en 2002, était intitulée « Money on the Silk Road : the evidence from Eastern Central Asia to c. AD 800 ». Elle est aussi l’auteure de nombreuses traductions de livres chinois.

Élection d’un membre d’honneur

Un membre d’honneur est proposé à l’élection. Il s’agit cette année de M. Yannick Jézéquel, dont la candidature est présentée par M. René Wack, qui retrace sa carrière et son parcours au sein de notre Société.

Le vote à bulletin secret n’est pas demandé. M. Yannick Jézéquel est élu membre d’honneur de la SFN à mains levées et à l’unanimité.

Élection de deux membres titulaires

Deux membres titulaires sont ensuite proposés à l’élection. Il s’agit de M. Patrice Baubeau, maître de conférences HDR à l’université de Paris-Nanterre, présenté par Mme Catherine Grandjean, et de M. Thibault Cardon, chargé de recherche au CNRS – CRAHAM centre Michel de Boüard de l’université de Caen-Normandie, présenté par M. Christian Charlet.

Le vote à bulletin secret n’est pas demandé. MM. Patrice Baubeau et Thibault Cardon sont élus membres titulaires à mains levées et à l’unanimité.

Renouvellement du Conseil d’Administration de la SFN

            Les bulletins de vote concernant l’élection du nouveau Conseil d’Administration de la Société française de Numismatique sont distribués. À l’issue des opérations de vote et du dépouillement du scrutin réalisé par MM. Pierre Bourrieau, Olivier Charlet et Jacques Meissonnier, M. Bourrieau proclame les résultats du vote :

Membres présents : 43

Votes par procuration (pouvoirs) et par correspondance : 64 (59 + 5)

Nombre total de votants : 107

Suffrages exprimés : 103

Bulletins nuls : 4

            Les candidats au Conseil d’administration de la SFN ont respectivement obtenu :

M. Christian Charlet : 88 voix

Mme Catherine Grandjean : 101 voix

M. Pierre-Olivier Hochard : 101 voix

M. Antony Hostein : 103 voix

M. Jérôme Jambu : 98 voix

Mme Sylvia Nieto-Pelletier : 98 voix

M. Laurent Schmitt : 96 voix

M. Arnaud Suspène : 103 voix

M. Patrick Villemur : 100 voix

M. René Wack : 101 voix

M. Franck Wojan : 103 voix

Tous les candidats sont élus. Mme Frédérique Duyrat, directeur du département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF, est membre de droit du Conseil d’administration.

Le nouveau Conseil d’administration se retire alors à huis clos pour élire en son sein les membres du « Bureau » de la SFN et procéder à la répartition des fonctions, dont la liste est ensuite communiquée à l’assemblée :

Mme Catherine Grandjean : présidente ;

Mme Sylvia Nieto-Pelletier : vice-présidente ;

M. Franck Wojan : secrétaire général ;

M. René Wack : trésorier ;

M. Jérôme Jambu : secrétaire de rédaction de la Revue numismatique ;

M. Pierre-Olivier Hochard, secrétaire de rédaction du Bulletin de la Société française de Numismatique ;

Mmes Frédérique Duyrat, Catherine Grandjean, et M. Arnaud Suspène : directeurs de la Revue numismatique ;

MM. Christian Charlet, Antony Hostein et Patrick Villemur : conseillers.

La présidente de la SFN déclare close l’Assemblée générale ordinaire et ouvre la séance ordinaire.


[1] Les frais de port en direction de l’étranger, au sein de l’Union européenne et hors de l’Union européenne, ont été modifiés ces dernières années par la Poste : outre la hausse des tarifs, le poids et l’épaisseur de la Revue (plus de 3 cm, emballage cartonné compris) font que le tarif Colissimo est obligatoire. À titre d’exemple récent, l’envoi récent d’une RN 2018 aux États-Unis a coûté 40 € !

Un de nos membres fait remarquer que, pour les envois dans l’Union européenne, il existe un tarif spécial « livres et brochures ». Or, ce tarif préférentiel n’est pas disponible sur les machines automatiques dans les bureaux de Poste, il faut passer par le guichet (!), tous les bureaux de Poste ne le proposent pas ou ne le pratiquent pas (!), et les colis arrivent (quand ils arrivent…) souvent dans un état déplorable, comme nous avons pu le constater encore récemment…

Assemblée Générale – 3 mars 2018

Président : M. Michel Amandry.

Membres présents (43) : Mmes et MM. G. Aulisio, M. Bompaire, Fr. Boursier, Chr. Charlet, M. Chauveau, P. Crinon, M. Delcamp, J. Dharmadhikari, J.-P. Garnier, G. Gautier, C. Grandjean, St. Gustave, A. Hostein, M. Hourlier, J. Jambu, L. Jankowski, Y. Jézéquel, N. Joniaux, L. Lariche, J.-Fr. Letho-Duclos, Ph. Mathieu, J. Meissonnier, J. Moesgaard, C. Morrisson, S. Nieto-Pelletier, J. Olivier, P. Papadopoulou, E. Papaefthymiou, O. Picard, R. Prot, J.-Cl. Pruja, G. Rambert-Rat, A. Ronde, L. Schmitt, Cl. Silberstein, L. Stefanini, A. Suspène, S. de Turckheim, S. Valin, N. Verzéa, P. Villemur, R. Wack, Fr. Wojan.

Membres excusés : Mmes et MM. Fr. Beau, A. Bourgeois, V. Drost, Fr. Duyrat, Br. Fischer, P.-O. Hochard, Fr. Joyaux, M.-Chr. Marcellesi.

Les membres de la Société française de Numismatique (SFN) sont accueillis dans la salle Walter Benjamin de l’Institut national d’Histoire de l’Art (INHA) à partir de 13h30. Il est procédé à l’émargement de la liste de présence, puis à la distribution des pouvoirs.

Michel Amandry, président de la SFN, déclare ouverte l’Assemblée générale ordinaire de la Société à 14h00. Il propose que la séance ordinaire soit reportée à l’issue de l’Assemblée générale, puis demande l’accord des membres présents pour que le Conseil d’Administration sortant assure le déroulement des opérations de vote.

Rapport moral 2017 du président de la SFN, M. Michel Amandry

« Nous nous retrouvons comme l’année dernière à l’INHA, salle Walter Benjamin. Les séances d’avril et de septembre auront également lieu dans cette institution et je voudrais remercier Antony Hostein qui est l’ambassadeur de la SFN auprès de l’INHA. Pour les réunions qui ne peuvent guère accueillir plus de 30 personnes, nous sommes redevables de l’hospitalité de la BnF et je voudrais remercier pour cela Frédérique Duyrat et Jérôme Jambu. Nous avons même bénéficié de la salle Émilie du Châtelet et du Salon d’honneur pour la journée exceptionnelle de décembre.

Merci également à l’ensemble du Conseil d’Administration pour m’avoir grandement facilité la tâche. Je le quitte avec regret, mais nos Statuts sont ainsi faits. J’aurai eu le privilège, mois après mois, de bénéficier des avis, parfois francs, mais toujours courtois, de tous ses membres. À tous va ma gratitude.

Séances

De mars 2017 à février 2018, nous avons tenu nos 10 séances qui, pour deux d’entre elles, ont revêtu un éclat particulier. Je pense d’abord aux JN de juin 2017 qui ont eu lieu à Perpignan. La Mairie de Perpignan avait mis à notre disposition l’Hôtel Pams, l’ancienne demeure de Pierre Bardou, promoteur du papier à cigarette JOB, qu’il avait achetée en 1852 et que sa fille transforma en un somptueux hôtel particulier à la fin du XIXe siècle, décoré par Paul Gervais. Nous y avons tenu, non pas deux, mais trois séances de communications inaugurées par M. Michel Pinell, maire-adjoint de Perpignan, suppléant M. Jean-Marc Pujol, empêché. Ces Journées étaient organisées en partenariat avec le Musée des monnaies et médailles Joseph Puig et l’Association Numismatique du Roussillon (ANR). Sans le concours de Sabine Got, responsable du Musée Puig, de Laure Lebrat, présidente de l’ANR, d’Alexandre Mille, conservateur des Musées de Perpignan et de Bernard Lamothe, conseiller municipal, délégué au Musée Puig, ces Journées n’auraient pas rencontré le succès qu’elles ont connu.

Je pense ensuite à la Journée de décembre, imaginée et mise en œuvre par Jérôme Jambu et Thibault Cardon, sur le thème “Sensualité et sexualité en numismatique”, qui a rencontré un franc succès au point que la SFN a été obligée de refuser du monde. Merci à la société iNumis et à Stephan Sombart pour leur apport gastronomique.

Ces séances ont été bien suivies. J’ai compté la présence de près de 320 membres et invités, chiffre supérieur à la fréquentation de 2016-2017.

Publications

La Revue Numismatique sort désormais à l’automne et cela est dû à l’efficacité de son secrétariat, Jérôme Jambu en tête. Celle de 2017, forte de 482 pages, comporte un cahier thématique, les hommages à Jean-Pierre Callu qui n’avaient pu être publiés dans le BSFN 2016/1, qui compte 4 contributions, ainsi que 8 autres articles qui ont essentiellement trait à l’Antiquité, sans oublier le Bulletin bibliographique, toujours précieux. La nouveauté, précieuse, est le “Bulletin des acquisitions du Cabinet des Médailles”. Celui-ci renoue ainsi avec une ancienne tradition, et on ne peut que s’en réjouir.

La publication régulière du Bulletin incombe à Pierre-Olivier Hochard, mais également aux auteurs des communications. Plus un manuscrit est rendu rapidement, et selon les normes éditoriales édictées (que l’on trouve en ligne sur le site Internet de la SFN), plus vite le Bulletin peut être maquetté et envoyé à l’impression. En raison de certains manquements au cours de cette année, le CA a décidé de rendre ces normes plus contraignantes.

Cinquante-huit communications devraient être publiées, de mars 2017 à février 2018 (contre 47 entre mars 2016 et février 2017), ainsi que 18 correspondances. Plus de communications implique un plus gros Bulletin : celui de 2017 a 464 pages, contre 416 en 2016. Cela implique également un effort financier supplémentaire de la SFN. Comme les années précédentes, ces communications et correspondances témoignent d’une variété de centres d’intérêt, avec comme d’habitude deux pics récurrents : les périodes romaine et royale. On notera cette année une percée bienvenue de l’Extrême-Orient.

Je n’aurais garde d’oublier une publication dont le maquettage et l’impression ont été pris en charge par la SFN, je veux parler du Hors-Série 2 de La Pallofe fort de 142 pages in-4°. Sous le titre Le Duc de Noailles et la Monnaie de Perpignan (1709-1723), Christian Charlet, grâce à la redécouverte aux Archives nationales du dossier complet du Contrôleur général des finances Nicolas Desmaretz, a pu reconsidérer les conditions dans lesquelles la Monnaie de Perpignan a été créée sur ordre de Louis XIV. Ce numéro, ainsi que le Hors-Série 3, qui porte également l’empreinte de la SFN, ont été distribués aux participants des JN de Perpignan.

Congrès, colloques et autres manifestations

Il m’est impossible de lister toutes les manifestations où la numismatique a une large place, que nous annonçons dans le Bulletin, et auxquels participent nombre de nos membres et dont ils sont souvent les organisateurs. Mais comme l’on est jamais mieux servi que par soi-même, vous me permettrez de rappeler la séance de septembre au cours de laquelle mes amis m’ont remis un magnifique volume de Mélanges intitulé Rome et les provinces. Monnayage et histoire, publié dans la collection Numismatica Antiqua par les éditions Ausonius à Bordeaux. Je n’oublie pas le 67e Salon du Syndicat National des Experts Numismates et Numismates Professionnels qui s’est tenu au Palais Brongniart le 14 octobre dernier et où la SFN, comme d’habitude, disposait gracieusement d’une table.

Jeton de vermeil

Nous avons eu le plaisir d’accueillir en novembre le récipiendaire du jeton 2017, Jens Christian Moesgaard. Son jeton lui a été remis par Marc Bompaire. Je rappelle que le choix du titulaire du jeton incombe aux trois anciens présidents de la SFN.

Effectifs

Nos effectifs s’établissent autour de 435 membres, honoraires, titulaires, correspondants et institutionnels. Quelques membres ou anciens membres nous ont malheureusement quittés : Luce Gavelle-Sabatier, Fernand Arbez, Peter Spufford et Robert Thompson. Nous avons accueilli cette année 14 nouveaux membres ainsi qu’un membre institutionnel, la Société de Numismatique asiatique. Rappelons la création, en mars dernier, d’un tarif étudiant d’un montant de 30 euros aux personnes âgées de moins de 25 ans, et la mise en place d’un nouveau mode paiement de la cotisation par carte bancaire. Effectifs renouvelés et paiement régulier (et facilité pour les membres étrangers) de la cotisation permettent une gestion saine des finances de la SFN.

Distinctions

Certains de nos membres ont vu leurs qualités et travaux reconnus. Stéphane Martin a reçu le prix Allier de Hauteroche décerné par l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Jérémy Artru a été reçu à l’agrégation d’histoire, Sylvia Nieto-Pelletier a été nommée directrice de recherches au CNRS et dirige désormais le Centre Ernest-Babelon.

Médailles et décorations sont le lot des plus anciens : Michel Amandry a reçu à Göteborg la médaille 2017 de la Fondation Rut et Bengt Holmen pour la Numismatique ; Christian Charlet a reçu des mains du prince Albert II de Monaco la Croix d’officier de l’ordre de Grimaldi ; Cécile Morrisson a reçu les insignes de chevalier dans l’ordre de la Légion d’honneur.

L’avenir

La saison 2017-2018 est largement préparée. Le 7 avril, notre séance, pilotée par Antony Hostein, aura pour thème “La numismatique et l’École Pratique des Hautes Études” : ce faisant, la SFN s’associe aux célébrations organisées cette année dans le cadre du cent cinquantenaire de l’EPHE. Les JN 2018 se tiendront à Orléans les 1er, 2, 3 juin. Elles sont organisées avec l’Association numismatique du Centre. Enfin une Journée en l’honneur de Sylvie de Turckheim-Pey et Georges Gautier se tiendra le 8 septembre.

Le site Internet de la SFN (www.sfnumismatique.org) devenant chaque jour plus riche, il convient de repenser son ergonomie et d’augmenter sa capacité de stockage. Nous pourrons ainsi mettre en ligne les pdf des Tables du Bulletin, qui ont été numérisées. On pourrait également songer à numériser les Mélanges de numismatique. J’ajoute que sous l’impulsion de Jérôme Jambu la SFN a désormais une page d’accueil Facebook.

J’en termine. Merci à tous pour faire de notre Société un lieu d’échanges et de rencontres stimulant. La SFN est en bon ordre de marche. Je quitte la présidence avec certes de la nostalgie, mais ce sentiment est contrebalancé par l’assurance de la savoir dans quelques minutes dans d’excellentes mains. »

Le rapport moral du président de la SFN est adopté à l’unanimité, moins une abstention.

Rapport financier 2017 du trésorier de la SFN, M. René Wack.

« Après les traditionnels remerciements d’usage aux personnes qui, au cours de l’année écoulée, ont encore aidé le trésorier dans sa tâche, je vais vous présenter un rapport financier avec un résultat encore excédentaire qui souligne le fait que la Société a probablement atteint un rythme de croisière satisfaisant avec un équilibrage des recettes et des dépenses sur un cycle annuel.

Recettes

Au chapitre des recettes nous constatons une bonne stabilité des cotisations qui s’élèvent à 22.400 € avec une fluctuation d’environ 2.000 € d’une année à l’autre s’expliquant par des décalages de paiements des cotisations. Il suffit qu’une vingtaine de nos membres anticipent le paiement de leur cotisation en fin d’année pour avoir cet écart de 2.000 €. Les recettes de la Revue sont revenues à la normale avec un montant de 7.880 €, alors qu’elles n’étaient que de 4.398 € en 2016. Par contre nous constatons une érosion constante de la redevance des Belles Lettres qui n’est que de 3.748 € en 2017, alors qu’elle se montait à 5.796 € en 2016 et 7.206 € en 2015. Le montant attendu pour 2018 ne sera plus que de 3.319 €. Cette forte diminution des ventes de la Revue trouve probablement son explication dans la publication régulière de cette dernière au bout de deux ans sur le site Persée, la vente des anciens numéros s’étant effondrée. La subvention du CNRS de 1.000 € ne compense pas les pertes de recettes des ventes par les Belles Lettres. Trois chapitres expliquent à eux seuls la bonne tenue de nos recettes à savoir les dons de nos membres et sponsors (1.550 €), les abandons de créances de certains membres du Bureau (900 €) et surtout nos produits financiers de 2.550 €. Cette augmentation importante s’explique par l’arrivée à échéance de placements à terme.

L’ensemble des recettes s’élève ainsi à 44.732 €.

Dépenses

 Au chapitre des dépenses, il faut souligner la diminution des frais d’impression, de gestion et de routage des Bulletins passant de18.650 € à 16.053 €. Cette diminution des coûts s’explique par un exercice équilibré de parution des Bulletins. Les frais de la Revue sont également en diminution de près de 2.000 € à 14.800 €, comparé à 16.500 € en 2016, cette différence s’expliquant par la diminution du nombre de pages. Les frais des Journées Numismatiques de juin à Perpignan sont en nette augmentation, s’élevant à près de 5.000 €. Ceci est dû à la parution du Hors-Série n°2 de La Pallofe (2.300 €) financé par notre Société. Parmi les autres frais il faut signaler ceux liés à des journées ou réceptions qui ont été couverts par les dons reçus pour ces occasions, ainsi que ceux liés aux charges financières résultant de la mise en place d’un système de paiement des cotisations par carte bancaire, qui pour le moment ne rencontre pas l’adhésion escomptée.

L’ensemble des dépenses s’élève à 44.026 € ce qui, rapproché des recettes de 44.732 €, dégage un résultat positif de 706 €.

Projet de budget 2018

Au chapitre des recettes, nous prévoyons un chiffre stable de 23.500 € pour les cotisations. À ce chiffre s’ajoutent principalement les recettes de la Revue intégrant le rattrapage du paiement par la BnF de la RN 2017 et celles de la redevance des Belles Lettres, prévue en diminution, d’un montant global de 10.800 €. Il faut également noter un remboursement important de TVA d’un montant de 2.752 € pour l’année fiscale 2017.

Les recettes prévues s’élèvent à 44.021 €.

Au chapitre des dépenses, nous prévoyons 16.500 € pour la Revue, ainsi que 16.500 € pour le Bulletin supposant une stabilité des coûts. Les autres dépenses récurrentes restant peu ou prou à l’identique avec des frais de réception et de subventions de 2.000 € et des frais de fonctionnement à 4.000 € ; le prix Babut d’un montant de 300 € sera à nouveau attribué cette année.

Les dépenses prévues s’élèvent à 43.650 €, permettant un budget équilibré avec un léger excédent de 371 €.

Il nous reste à souhaiter que ce rythme de croisière budgétaire à solde excédentaire se poursuive et qu’il nous permettra de contribuer à la publication d’ouvrages numismatiques ainsi qu’à l’organisation régulière de journées thématiques. »

Le rapport financier du trésorier de la SFN est adopté à l’unanimité, moins une abstention.

Jeton de vermeil 2018

Georges Gautier, ancien président de la SFN, annonce que le jeton de vermeil de la Société, qui est décerné chaque année à un savant étranger par le collège des trois anciens présidents de la SFN (Georges Gautier, Jean-Pierre Garnier et Ariane Bourgeois), a été attribué au titre de l’année 2018 à M. Kevin Butcher. Diplômé de l’University College de Londres, il enseigne actuellement à l’université de Warwick, à Coventry. M. Butcher est spécialiste des monnayages antiques, notamment des provinces orientales de l’empire romain et plus particulièrement des régions côtières du Liban et de la Syrie actuels.

Élection d’un membre titulaire

Un membre titulaire est ensuite proposé à l’élection. Il s’agit cette année de Mme Maryse Blet-Lemarquand, ingénieur de recherches au CNRS, IRAMAT-CEB d’Orléans, dont la candidature est présentée par Mme Sylvia Nieto-Pelletier.

À l’issue du scrutin, les résultats du vote sont proclamés :

Membres présents : 44

Nombre total de votants : 44

Suffrages exprimés : 44

Bulletins nuls : 0

Mme Blet-Lemarquand a obtenu 44 voix et devient membre titulaire de la SFN à l’unanimité.

Renouvellement du Conseil d’Administration de la SFN

Les bulletins de vote concernant l’élection du nouveau Conseil d’Administration de la Société française de Numismatique sont distribués. À l’issue des opérations de vote et du dépouillement du scrutin, Mme Sabrina Valin et M. Jacques Meissonnier proclament les résultats du vote qui vient de se dérouler :

Membres présents : 44

Votes par procuration et par correspondance : 68

Nombre total de votants : 112

Suffrages exprimés : 111

Bulletins nuls : 1

Les candidats au Conseil d’Administration de la SFN ont respectivement obtenu :

Christian Charlet : 97 voix

Mme Catherine Grandjean : 111 voix

Pierre-Olivier Hochard : 111 voix

Antony Hostein : 111 voix

Jérôme Jambu : 101 voix

Mme Sylvia Nieto-Pelletier : 109 voix

Laurent Schmitt : 87 voix

Arnaud Suspène : 111 voix

Patrick Villemur : 103 voix

René Wack : 111 voix

Franck Wojan : 111 voix

Tous les candidats sont élus. Mme Frédérique Duyrat, directeur du département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF, est membre de droit du Conseil d’Administration.

Le nouveau Conseil d’Administration se retire alors à huis clos pour élire en son sein les membres du « Bureau » de la SFN, dont la liste est ensuite communiquée à l’assemblée :

Mme Catherine Grandjean : présidente ;

Mme Sylvia Nieto-Pelletier : vice-présidente ;

Franck Wojan : secrétaire ;

René Wack : trésorier ;

Jérôme Jambu : secrétaire de rédaction de la RN ;

Pierre-Olivier Hochard, secrétaire de rédaction du BSFN ;

Mmes Frédérique Duyrat, Catherine Grandjean, et M. Arnaud Suspène : directeurs de la RN ;

Christian Charlet, Antony Hostein, Patrick Villemur et Laurent Schmitt: conseillers.

Le président sortant déclare close l’Assemblée générale ordinaire et donne la parole à la nouvelle présidente de la SFN, qui ouvre la séance ordinaire.

Assemblée Générale – 4 mars 2017

Président : M. Michel Amandry.

Membres présents : Mmes et MM. R. Andurand, F. Arbez, P. Baubeau, Fr. Beau, M. Bompaire, A. Bourgeois, P. Bourrieau, Fr. Boursier, L. Calmels, J. Casta, Chr. Charlet, Ph. Charnotet, J. Dharmadhikari, Fr. Dumas, Fr. Duyrat, B. Foucray, J.-P. Garnier, St. Gustave, P.-O. Hochard, A. Hostein, M. Hourlier, Y. Jézéquel, J. Jambu, Fr ; Joyaux, L. Lariche, J.-P. Le Dantec, J.-Fr. Letho-Duclos, Ph. Mathieu, J. Meissonnier, C. Morrisson, S. Nieto-Pelletier, J. Olivier, O. Picard, Fr. Ploton-Nicollet, G. Rambert-Rat, L. Reinert, J.-P. Rey-Coquais, A. Ronde, Ph. Schiesser, L. Schmitt, A. Suspène, S. de Turckheim-Pey, S. Valin, N. Verzéa, P. Villemur, R. Wack, Fr. Wojan.

Membres excusés : Mmes et MM. M.-L. Berdeaux, S. Berger, P.-Fr. Jacquier, G. Gautier, C. Grandjean, M.-Chr. Marcellesi.

Invitée : Mme R. Ronde.

Les membres de la Société française de Numismatique (SFN) sont accueillis dans la salle Walter Benjamin de l’Institut national d’Histoire de l’Art (INHA) à partir de 13h30. Il est procédé à l’émargement de la liste de présence, à la distribution des pouvoirs et à la remise des bulletins de vote.

Le président de la SFN, M. Michel Amandry, déclare ouverte l’Assemblée générale ordinaire de la Société à 14h00. Il propose que la séance ordinaire soit reportée à l’issue de l’Assemblée générale, puis demande l’accord des membres présents pour que le Conseil d’Administration sortant assure le déroulement des opérations de vote.

 

Rapport moral 2016 du président de la SFN, M. Michel Amandry

« Pour mon premier rapport présidentiel, nous étions réunis dans la Salle des Commissions de la BnF. Aujourd’hui, nous nous retrouvons à l’INHA, salle Walter Benjamin. Cette année a été celle d’une errance maîtrisée, de la salle des Commissions avant l’été à l’INHA pendant le basculement de la BnF vers la zone Richelieu ; nous avons retrouvé avec plaisir le 58 rue de Richelieu en janvier, mais la nouvelle salle de réunion est trop petite pour accueillir plus d’une trentaine de nos membres et il nous faut donc retrouver l’INHA pour des manifestations de plus grande envergure, comme l’Assemblée générale. Je voudrais remercier Antony Hostein pour avoir été, et pour rester, le lien entre SFN et INHA. Pour réunir le CA le matin des réunions, nous avons bénéficié jusqu’à l’été du bureau de Jérôme Jambu en salle grecque, puis l’Ami Georges nous a accueillis, mais désormais nous nous retrouverons dans la salle de réunion du 58 rue de Richelieu.

Le basculement a entraîné ce que l’on appelle en jargon bibliothéconomique un désherbage, afin que la SFN et ses collections puissent prendre place dans le local prévu à cet effet dans les nouvelles emprises provisoires du Cabinet. Je voudrais remercier particulièrement Franck Wojan d’avoir mené à bien ce travail, ainsi que le personnel du Cabinet.

Le CA travaille dans le sérieux et la bonne humeur et c’est, me semble-t-il, un excellent signe qu’il se représente dans son ensemble. Je ne citerai personne en particulier cette année, mais l’ensemble du CA a droit à ma gratitude. À l’extérieur du CA, nous bénéficions de conseils avisés des uns et des autres, preuve d’un intérêt qui ne se dément pas pour nos travaux.

Séances

De mars 2016 à février 2017, nous avons tenu nos 10 séances qui, pour certaines d’entre elles, ont revêtu un éclat particulier. Je pense d’abord aux JN de juin 2016 qui ont eu lieu à Colmar. M. Rémy Casin, conservateur de la Bibliothèque des Dominicains, nous a accueillis dans ses locaux, où nous avons tenu nos deux séances de communications inaugurés par M. Gilbert Meyer, le maire de Colmar. Une exposition organisée par Patrick Villemur et Serge Hamm, président du Cercle numismatique de Colmar, a permis de mettre en valeur le patrimoine numismatique de la ville. Je pense ensuite à la séance « thématique » du mois de mai organisée par Sylvia Nieto-Pelletier sur le monnayage celtique, et celle du mois dernier en l’honneur de Cécile Morrisson.

Ces séances ont été moins suivies que l’année dernière ; j’ai compté la présence de moins de 300 membres et invités, soit le niveau de 2014/2015. Je vois à cela deux raisons : l’itinérance de la Société et la moindre assistance aux JN de Colmar, en raison du fait que, pour la première fois, nos membres n’ont pas reçu chez eux un courrier spécifique aux JN, mais étaient invités à se rendre sur le site Internet de la SFN pour s’inscrire. Nous continuerons évidemment cette façon de procéder, qui allège le travail de secrétaire et qui est source d’économies.

Publications

La Revue Numismatique sort désormais à l’automne et cela est dû à l’efficacité de son secrétariat, Jérôme Jambu en tête. Celle de 2016, forte de 644 pages, plus grosse donc que la RN 2015, comporte un cahier thématique, la suite de l’hommage à Georges Le Rider qui n’avait pu être publiée dans le BSFN 2015/10, qui compte 4 contributions, ainsi que 16 autres articles dont le spectre thématique va de la Thrace à l’écu carambole en passant par la région d’Alep, sans oublier le Bulletin bibliographique, toujours précieux.

Je rappelle que la RN est en ligne sur Persée depuis l’année 1958, avec une barrière mobile de deux ans. Celle de 2014 est donc désormais accessible sur le net. Le reste de la collection, depuis le premier numéro, a été numérisé par l’École nationale des Chartes et se trouve sur le site http://bibnum.enc.sorbonne.fr/omeka.

La publication régulière du Bulletin incombe désormais à Pierre-Olivier Hochard et la composition et l’infographie du Bulletin à Fabien Tessier depuis janvier 2016. Ce changement est une source importante d’économies et vous avez certainement constaté depuis mars dernier une nouvelle présentation du Bulletin. Le CA a souhaité que RN et Bulletin aient la même ligne graphique et les mêmes normes.

Quarante-sept communications devraient être publiées, de mars 2016 à février 2017 (nous en sommes actuellement à 38), et, de mars à décembre, vous avez pu lire 19 correspondances. Elles témoignent comme les années précédentes d’une variété de centres d’intérêt, avec deux pics récurrents : les périodes romaine et moderne. Mais toutes les périodes ont été visitées, l’époque féodale en particulier, et des thèmes rares abordés, comme celui des sceaux byzantins. J’ajoute que la Table méthodique des matières des années 2011-2015, préparée par Pierre-Olivier Hochard, a été envoyée.

J’en termine avec le Bulletin qui sort avec une grande régularité, en rappelant encore que sa vitesse de publication dépend des auteurs des communications. Plus un manuscrit est rendu rapidement, et selon les normes éditoriales édictées (que l’on trouve en ligne sur le site Internet de la SFN), plus vite le Bulletin peut être maquetté et envoyé à l’impression.

Congrès, colloques et autres manifestations

Il m’est impossible de lister toutes les manifestations où la numismatique a une large place, que nous annonçons dans le Bulletin, et auxquels participent nombre de nos membres et dont ils sont souvent les organisateurs. Je voudrais toutefois mentionner l’exposition « L’ami américain. Les Français et l’Indépendance américaine, 1776-1783 » qui s’est tenue du 5 juillet au 8 octobre 2016 à la Bibliothèque municipale de Versailles et à laquelle Patrick Villemur et la SFN ont prêté leur concours, ainsi que les Deuxièmes Rencontres de Numismatique asiatique organisées également à la Bibliothèque municipale de Versailles par François Joyaux et la Société de Numismatique asiatique le 26 Novembre 2016, que j’ai eu l’honneur de présider. Le 66e Salon du SNENNP s’est tenu au Palais Brongniart le 15 octobre dernier et la SFN, comme d’habitude, disposait gracieusement d’une table.

Jeton de vermeil

Nous avons eu le plaisir d’accueillir en novembre le récipiendaire du jeton 2016, Johan van Heesch. Son jeton lui a été remis par Georges Gautier.

Effectifs

Nos effectifs s’établissent autour de 435 membres, honoraires, titulaires, correspondants et institutionnels. Quelques membres nous ont malheureusement quittés : Gérard Barré, Christian Augé – notre ancien président –, Salah Ben Souilah et Tony Merson. Nous avons accueilli 19 nouveaux membres. C’est une véritable satisfaction, car nous n’en avions fait entrer que 8 en 2014/2015. Une société dynamique vit d’un recrutement dynamique et il faut donc continuer sur ce rythme.

Distinctions

Certains de nos jeunes membres ont vu leurs qualités et travaux reconnus. Antony Hostein a été élu directeur d’études « d’Histoire monétaire du monde romain » à l’EPHE, IVe section, et Pierre-Olivier Hochard maître de conférences d’histoire grecque à l’Université François-Rabelais de Tours. Sabrina Valin, Charles Parisot-Sillon et Dorian Bocciarelli ont soutenu leur thèse de doctorat et Sylvia Nieto-Pelletier son Habilitation à diriger des recherches.

Mais je n’oublie pas les plus chenus : Olivier Picard a reçu les insignes de chevalier dans l’Ordre de la Légion d’honneur ; Michel Dhénin nommé membre d’honneur de la Societat Catalana d’Estudis Numismàtics (SCEN) de Barcelone et Cécile Morrisson a reçu son épée d’académicienne lors d’une brillante cérémonie qui s’est déroulée dans le Grand Salon du Rectorat de l’Académie de Paris le 29 septembre dernier. À tous et toutes, j’adresse mes félicitations, au nom de la SFN. Leurs lauriers rejaillissent sur la SFN.

L’avenir

La saison 2016-2017 est largement préparée. Les JN 2017 se tiendront à Perpignan les 2, 3 et 4 Juin. Elles sont organisées avec l’Association numismatique du Roussillon et le Musée des monnaies et médailles Joseph Puig. Une Journée thématique « sensualité et sexualité en numismatique » se tiendra le 2 décembre, organisée par Jérôme Jambu et Thibaut Cardon.

Le CA avait décidé de réactiver le prix Babut pour récompenser, tous les deux ans, un ouvrage consacré à la numismatique nationale. Il a été remis lors de la séance de mai 2016 par Arnaud Suspène à Stéphane Martin pour son ouvrage intitulé Du sesterce au denier. Monnaie et romanisation dans la Gaule du Nord et de l’Est, publié chez Ausonius à Bordeaux.

Le site Internet de la SFN (www.sfnummatique.org) devient chaque jour plus riche. On y trouve désormais le compte-rendu des séances. J’avais annoncé l’année dernière que nous envisageons d’y mettre les pdf des Bulletins, avec une échelle mobile de 2 ans. Le CA y travaille.

Les finances de la SFN étant particulièrement saines, comme va vous le dire René Wack, nous envisageons, avec votre accord, de réactiver une catégorie de membres prévue par nos statuts, les membres auditeurs (Article 3-e), qui s’appliquerait plutôt aux jeunes chercheurs qui souhaitent rejoindre nos rangs. Étant donnée la longueur des études, nous souhaitions allonger à 28 ans cette possibilité, mais les Statuts nous l’interdisent, puisqu’ils fixent l’âge limite à 25 ans. Il nous faut donc respecter les Statuts.

J’en ai terminé et vous remercie de votre attention. »

Le rapport moral du président de la SFN est adopté à l’unanimité.

 

Rapport financier 2016 du trésorier de la SFN, M. René Wack.

« Après les traditionnels remerciements d’usage aux personnes qui, au cours de l’année écoulée, ont encore aidé le trésorier dans sa tâche, je vais vous présenter un rapport financier avec un résultat excédentaire pour la seconde année consécutive.

Recettes

Au chapitre des recettes, nous constatons une bonne tenue des cotisations. Ces dernières sont d’un montant de 25 200 €, en augmentation de 1900 €. Il faut noter que ces cotisations intègrent  pleinement l’augmentation décidée lors de l’Assemblée générale de mars 2014, mais reflètent également l’efficacité des nombreux courriers de rappel de notre secrétaire. Les recettes de la Revue Numismatique sont en très forte baisse à 4398 €, ce qui, comparé aux 11 479 € de 2015, représente un écart de plus de 7000 €. Ceci  s’explique par la diminution de plus de 1300 € de la redevance des Belles Lettres et surtout par le fait que le département des Monnaies, médailles et antiques n’a pas procédé au paiement de la Revue 2016, destinée aux échanges, alors que, lors de l’exercice 2015, il avait procédé aux paiements des RN de 2014 et 2015, ce qui représente un écart de 6000 €. Il faut noter également l’augmentation des dons de nos membres (1200 €), ainsi qu’un nouveau poste budgétaire, celui des abandons de créances de certains membres de notre Bureau de plus de 900 €, concernant des non remboursements de frais engagés pour la Société.

L’ensemble des recettes s’élève ainsi à 46 457 €.

Dépenses

 Au chapitre des dépenses, il faut souligner la légère augmentation des frais d’impression, de gestion et de routage du Bulletin passant de 17 500 € en 2014 à 18 650 €, cette augmentation des coûts est due à la parution des Tables quinquennales et à un exercice un peu atypique dû au changement de façonnier, et à une parution plus rapide du Bulletin. Les frais de la Revue Numismatique 2015 s’élèvent à 16 503 €, ce qui représente une augmentation de 2000 €, due à un nombre plus important de pages. Au chapitre des frais divers et de secrétariat, on constate une forte diminution des frais courants qui s’élèvent à 1587 €, diminution due à la suppression du poste rétribué de secrétariat, ainsi qu’à l’individualisation des dépenses spécifiques à la RN et au BSFN qui ont été intégrées dans le coût global de ces deux chapitres de dépenses. Cette maîtrise des coûts a permis une dotation aux provisions de 3500 € en anticipation des frais liés aux publications prévues lors des Journées numismatiques de Perpignan de juin 2016.

L’ensemble des dépenses s’élève à 44 536 € ce qui, rapproché des recettes de 46 457 €, dégage un résultat positif de 1921 €.

 Projet de budget 2017

Au chapitre des recettes, nous prévoyons un chiffre stable de 24 000 € pour les cotisations. À ce chiffre s’ajoutent principalement les recettes de la Revue Numismatique  intégrant le rattrapage du paiement par la BnF de la RN 2016, et celles de la redevance des Belles Lettres, prévue en diminution, d’un montant global de 11 300 €. Il faut également noter un remboursement de TVA d’un montant de 1015 € pour l’année fiscale 2016, ainsi qu’une reprise de provisions de 2000 €.

Les recettes prévues s’élèvent à 44 115 €.

Au chapitre des dépenses, nous prévoyons 16 500 € pour la Revue Numismatique, ainsi que 17 000 € pour le Bulletin supposant une stabilité des coûts. Les autres dépenses récurrentes restant peu ou prou à l’identique avec des frais de réception et de subventions de 2000 €, et des frais de fonctionnement à 4000 €. Les dépenses liées aux Journées numismatiques sont prévues en augmentation, mais intégrées dans les provisions constituées.

Les dépenses prévues s’élèvent à 43 850 € permettant un budget  équilibré avec un léger excédent de 265 €.

Il nous reste à souhaiter que la bonne santé financière de notre Société se pérennise, ce qui nous laissera plus de marge pour contribuer, dans le futur, à la publication d’ouvrages numismatiques.

Membres auditeurs

 Concernant cette nouvelle catégorie de membres se posait la question du montant de la future cotisation qui devait respecter nos contraintes fiscales. Les bulletins de notre société ne sont pas considérés fiscalement comme une cotisation, mais comme une publication périodique bénéficiant des avantages de la presse quotidienne ou périodique tant sur la fiscalité (TVA réduite de 2,1 %) et tarifs postaux privilégiés. La prestation du service du Bulletin étant fixée à 28 €, il n’est pas possible d’avoir une cotisation à la SFN inférieure à cette somme. C’est pourquoi nous vous proposons d’avoir une cotisation nouvelle pour nos jeunes adhérents de 30 €,  se composant de 28 € pour le BSFN et d’une cotisation symbolique de 2 € pour avoir un compte rond. J’espère que cette proposition de création d’une catégorie de membres auditeurs réservée aux jeunes adhérents recueillera votre consentement, ainsi que le montant de cette nouvelle cotisation.

 

Le rapport financier du trésorier est adopté à l’unanimité. Il est donc décidé, pour l’année 2018, la création d’un « tarif étudiant » d’un montant de 30 € / an et réservé aux personnes âgées de moins de 25 ans (sous réserve d’une justification à fournir au secrétariat au moment du paiement de la cotisation annuelle).

 

Jeton de vermeil 2017

Mme Ariane Bourgeois, ancienne présidente de la SFN, annonce que le jeton de vermeil de la Société, qui est décerné chaque année à un savant étranger par le collège des trois anciens présidents de la SFN (Georges Gautier, Jean-Pierre Garnier et Ariane Bourgeois), a été attribué au titre de l’année 2017 à M. Jens-Christian Moesgaard, chercheur / conservateur à la Collection royale des Monnaies et Médailles du Musée national du Danemark, à Copenhague. Francophone et francophile, M. Moesgaard est spécialiste de la Normandie, des mondes viking et britannique à l’époque médiévale.

 

Élection de deux membres d’honneur

Deux membres d’honneur sont ensuite proposés à l’élection. Il s’agit de MM. Michel Hourlier et André Ronde, qui sont présentés successivement par Christian Charlet et Marc Bompaire.

À l’issue du scrutin, les résultats du vote sont proclamés :

Suffrages exprimés : 46 sur 48.

M. Hourlier a obtenu 42 voix et M. Ronde a obtenu 44 voix. Ils deviennent membres d’honneur de la SFN.

 

Renouvellement du Conseil d’Administration de la SFN

À l’issue du dépouillement du scrutin concernant l’élection du nouveau Conseil d’Administration de la Société française de Numismatique, Mme Sabrina Valin et M. Patrick Villemur proclament les résultats du vote qui vient de se dérouler :

Membres présents : 48

Votes par procuration et par correspondance : 66

Nombre total de votants : 114

Suffrages exprimés : 114

Bulletins nuls : 0

Les candidats au Conseil d’Administration de la SFN ont respectivement obtenu :

M. Michel Amandry : 113 voix

M. Marc Bompaire : 114 voix

M. Christian Charlet : 109 voix

Mme Catherine Grandjean : 114 voix

M. Pierre-Olivier Hochard : 114 voix

M. Antony Hostein : 113 voix

M. Jérôme Jambu : 107 voix

Mme Sylvia Nieto-Pelletier : 111 voix

M. Arnaud Suspène : 114 voix

M. René Wack : 114 voix

M. Franck Wojan : 114 voix

Tous les candidats sont élus. Mme Frédérique Duyrat, directeur du département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF est membre de droit du Conseil d’Administration.

Le nouveau Conseil d’Administration se retire alors à huis clos pour élire en son sein les membres du « Bureau » de la SFN, dont la liste est ensuite communiquée à l’assemblée :

M. Michel Amandry : président ;

M. Marc Bompaire : vice-président ;

M. Franck Wojan : secrétaire ;

M. René Wack : trésorier ;

M. Jérôme Jambu : secrétaire de rédaction de la Revue numismatique ;

M. Pierre-Olivier Hochard, secrétaire de rédaction du Bulletin de la Société française de Numismatique ;

Mmes Frédérique Duyrat, Catherine Grandjean, et M. Arnaud Suspène : directeurs de la Revue numismatique ;

MM. Christian Charlet, Antony Hostein et Mme Sylvia Nieto-Pelletier : conseillers.

Le président déclare close l’Assemblée générale ordinaire et ouvre à présent la séance ordinaire de la SFN.

Assemblée Générale – 5 mars 2016

SAMEDI 5 MARS 2016

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

Président : M. Michel Amandry.

Membres présents : Mmes et MM. R. Andurand, F. Arbez, P. Baubeau, Fr. Beau, S. Berger, M. Bompaire, A. Bourgeois, Fr. Boursier, Cl. Brenot, L. Calmels, J. Casta, Chr. Charlet, Ph. Charnotet, M. Chauveau, J.-Ph. Cormier, J.-P. Garnier, C. Grandjean, St. Gustave, P.-O. Hochard, M. Hourlier, J. Jambu, Y. Jézéquel, Fr. Joyaux, J.-Fr. Letho-Duclos, Ph. Mathieu, J. Meissonnier, S. Nieto-Pelletier,  J. Olivier, Th. Pruvost, L. Reinert, A. Ronde, Ph. Schiesser, L. Schmitt, A. Suspène, S. de Turckheim, N. Verzéa, R. Wack, Fr. Wojan.

Membres excusés : Mmes et MM. M. Delcamp, J.-Cl. Desfretier, Fr. Dumas, J. Françoise, G. Gautier, E. Henry, A. Hostein, L. Lariche, C. Morrisson, O. Picard, P. Villemur.

Les membres de la Société française de Numismatique (SFN) sont accueillis dans la salle des Commissions de la Bibliothèque nationale de France – site Richelieu, à partir de 13h30. Il est procédé à l’émargement de la liste de présence, à la distribution des pouvoirs et à la remise des bulletins de vote.

Le président de la SFN, M. Michel Amandry, déclare ouverte l’Assemblée générale ordinaire de la Société à 14h00. Il propose que la séance ordinaire soit reportée à l’issue de l’Assemblée générale, puis demande l’accord des membres présents pour que le Conseil d’Administration sortant assure le déroulement des opérations de vote.

Rapport moral du président de la SFN, M. Michel Amandry

« Ariane Bourgeois, en concluant l’année dernière son rapport moral, espérait remettre à son successeur une société savante en ordre. Je veux tout de suite la rassurer. Les rouages étaient bien huilés et il m’a été facile de me glisser dans son sillage.

D’autant plus facile qu’avec le Conseil d’Administration (CA) élu l’année dernière, dans lequel entraient, outre moi-même, Christian Charlet, Antony Hostein et Jérôme Jambu, l’harmonie a été, je le crois, parfaite. Franck Wojan, notre secrétaire, est aux manettes et le président peut se reposer sur lui, de même que sur René Wack, qui tient les cordons de la bourse d’une main ferme. Je voudrais ici saluer André Ronde, qui va quitter le Conseil, après 12 ans de dévouement à la Société, pour en avoir assuré le secrétariat de 2004 à 2009 et la vice-présidence de 2013 à 2015. Frédérique Duyrat, directrice du Cabinet des Médailles, offre au CA une hospitalité qui ne se dément pas et Jérôme Jambu nous accueille en salle grecque. Que ceux que je n’ai pas nommés me pardonnent, mais ils savent ma gratitude pour leur écoute et leurs conseils. En dehors du CA, je voudrais remercier plus particulièrement Georges Gautier et Patrick Villemur, pour leur implication dans les JN de Versailles et celles à venir de Colmar. Et je n’oublie pas Jean-Pierre Garnier, le conservateur de nos jetons, qui, année après année, va à la Monnaie faire graver le nom de nos récipiendaires, magnifiant ensuite l’aspect desdits jetons, selon des techniques dont il a le secret.

Marguerite Yourcenar fait dire à Hadrien, dans ses Mémoires : « La vérité que j’entends exposer ici n’est pas particulièrement scandaleuse, ou ne l’est qu’au degré où toute vérité fait scandale ». Voilà donc ma vérité.

Séances

De mars 2015 à février 2016, nous avons tenu nos 10 séances qui, pour certaines d’entre elles, ont revêtu un éclat particulier. Je pense d’abord aux JN de juin 2015 qui marquaient les 150 ans de notre Société. Grâce à l’entremise d’Olivier Picard et de Frédérique Duyrat, la séance du vendredi 5 juin s’est déroulée dans le cadre prestigieux de la Grande Salle des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, où nous avons été accueillis par le président de l’AIBL, Robert Martin, par Michel Bur, vice-président et par Michel Zink, secrétaire perpétuel. Le lendemain, nous nous sommes retrouvés dans la somptueuse galerie des Affaires étrangères de la Bibliothèque municipale de Versailles, accueillis par sa directrice, Sophie Danis, et par son conservateur, Christophe Thomet. Le 3 octobre, la Société s’est retrouvée pour une Journée d’étude « Un règne gravé dans le métal. La numismatique de Louis XIV » organisée par Jérôme Jambu. Le salon Bouvier du Musée Carnavalet avait été mis à notre disposition par Valérie Guillaume, la directrice de cet établissement. Une journée en hommage à Georges Le Rider s’est tenue le 7 novembre ici même, qui doit là encore beaucoup à Frédérique Duyrat. La BnF s’était associée à la SFN et je voudrais remercier à nouveau Bruno Racine, son président, et Sylviane Tarsot-Gillery, sa directrice générale pour leur implication dans la réussite de cette marque d’affection à un grand maître de notre discipline. Enfin une journée en hommage à Jean-Pierre Callu nous a réunis le 9 janvier ; là encore, les neuf orateurs qui avaient répondu à mon invitation, ont témoigné de l’actualité de l’œuvre de cette autre grande figure, trop tôt disparue.

Toutes ces séances, et c’est une grande satisfaction, ont été très suivies, puisque, si j’ai bien compté, plus de 360  membres et invités étaient présents, soit une cinquantaine de plus que pour les séances 2014-2015.

Publications

La Revue Numismatique sort désormais à l’automne et cela est dû à l’efficacité de son secrétariat, Jérôme Jambu en tête. Celle de 2015, forte de 603 pages, comporte un cahier thématique sur Louis XIV, qui compte 7 contributions, ainsi que 13 autres articles dont le spectre thématique va de Dyrrachion à la pièce de 100 francs-or Bazor de 1928, sans oublier le « Bulletin bibliographique », toujours précieux.

La publication régulière du Bulletin incombait à Sylvia Nieto-Pelletier, assistée depuis novembre dernier de Pierre-Olivier Hochard. Merci à tous deux pour la qualité de leur travail. 45 communications auront été publiées, de mars 2015 à février 2016, ainsi que 13 correspondances. Elles témoignent comme les années précédentes d’une variété de centres d’intérêt, avec deux pics récurrents : les périodes romaine et moderne. Mais toutes les périodes ont été visitées, et des thèmes rares abordés, comme les poids ou la glyptique. Je voudrais simplement dire mon regret de n’avoir entendu et lu qu’une seule communication sur le monde grec, dans la mesure où les deux communications sur des monnaies provinciales romaines sont désormais versées dans le monnayage romain. Nous avons pourtant beaucoup d’excellents spécialistes du monde grec et je ne peux que les inviter à venir nous présenter leurs travaux. Je dois toutefois moduler mon propos dans la mesure où le monde grec a été à l’honneur à l’AIBL, avec la communication de Frédérique Duyrat, et que 4 communications de la Journée Le Rider seront publiées dans la RN 2016, de même que 4 communications de la Journée Callu. Ces deux Journées ont du reste fait l’objet d’un compte-rendu dans la Lettre d’information 145, mars 2016, de l’AIBL.

J’en termine avec le Bulletin en rappelant que sa vitesse de publication dépend des auteurs des communications. Plus un manuscrit est rendu rapidement, et selon les normes éditoriales édictées, plus vite le Bulletin peut être maquetté et envoyé à l’impression.

Je ne peux bien entendu évoquer toutes les monographies et articles que nos membres publient et qui font progresser notre discipline.

Congrès, colloques et autres manifestations

Il m’est impossible de lister toutes les manifestations où la numismatique a une large place, que nous annonçons dans le Bulletin, et auxquels participent nombre de nos membres et dont ils sont souvent les organisateurs. Je voudrais toutefois mentionner le colloque consacré à la numismatique du Cambodge organisé par François Joyaux et la Société de Numismatique asiatique le 10 Octobre 2015, le colloque international « L’argent est roi ! » organisé par Thomas Faucher à Orléans du 29 au 31 Octobre dernier, l’exposition « Le Roi-Soleil et les Princes de Monaco » mise en place par Christian Charlet à Monaco du 13 au 15 novembre et inaugurée en présence du Prince Albert II, le colloque tenu à Bruxelles les 27 et 28 Novembre qui avait pour thème « Relire l’œuvre de J.-B. Colbert de Beaulieu (1905-1995), vingt ans après », dont Sylvia Nieto-Pelletier était la cheville ouvrière. Je n’aurais garde d’oublier le Salon du SNENNP qui s’est tenu au Palais Brongniart le 21 septembre dernier, où la SFN disposait gracieusement d’une table. En évoquant le SNENNP, je tiens à remercier Françoise Berthelot-Vinchon pour son appui à la Journée Louis XIV.

J’ai gardé pour la fin le XVe Congrès International de Numismatique qui s’est déroulé à Taormine du 21 au 25 Septembre 2015. Environ 700 numismates et leurs proches étaient réunis et, parmi eux, une forte délégation française qui a présenté pas moins de 35 communications (sur les 420).

Jetons de vermeil

À l’occasion de ce Congrès, Georges Gautier a remis à Carmen Arnold-Biucchi, lors de la soirée inaugurale, son jeton décerné au titre de l’année 2014.

Quant au récipiendaire de l’année 2015, Peter Ilisch, nous avons eu le plaisir de l’accueillir le mois dernier et lui voir remettre par Marc Bompaire son jeton.

Effectifs

Nos effectifs s’établissent autour de 435 membres, honoraires, titulaires, correspondants et institutionnels. Quelques membres nous ont malheureusement quittés : Pascal Rousselle et Peter Woodhead.

Mais nous avons accueilli 8 nouveaux membres. C’est bien, mais c’est trop peu. Une société dynamique vit d’un recrutement dynamique et je ne peux qu’inviter tous les membres à faire du prosélytisme.

Distinctions

Certains de nos jeunes membres ont vu leurs qualités et travaux reconnus. Charles Parisot a été nommé membre de la Casa de Velázquez de Madrid, Stéphane Martin a reçu le prix de la SOPHAU pour sa thèse Du statère au denier, Pierre-Olivier Hochard est devenu docteur de l’Université François-Rabelais de Tours, enfin Thibault Cardon docteur de l’École des Hautes Etudes en Sciences Sociales.

Mais je n’oublie pas les moins jeunes : Sylvie de Turckheim-Pey a été nommé chevalier dans l’Ordre des palmes Académiques et, surtout, Cécile Morrisson a été élue académicienne le 11 décembre dernier au fauteuil de Jean Favier, rejoignant ainsi l’olympe des immortels. À tous et à toutes, j’adresse mes félicitations, au nom de la SFN. Leurs lauriers couronnent également la SFN.

L’avenir

La saison 2015-2016 est largement préparée. Une Journée thématique sur le monnayage celte se tiendra ici même le 30 avril, organisée par Sylvia Nieto-Pelletier. Quant aux JN 2016, elles se tiendront à Colmar les 10, 11 et 12 Juin : nous serons accueillis à la Bibliothèque municipale de Colmar, sise dans le Couvent des Dominicains, par son directeur Rémy Casin. Le Cercle numismatique de Colmar, présidé par Serge Hamm, s’est associé à notre manifestation. La SFN ne s’était pas rendue en Alsace depuis les JN de Strasbourg en 1960.

La composition et l’infographie du Bulletin sont depuis janvier entre les mains de Fabien Tessier. Ce changement va être une source importante d’économies et le CA a donc décidé d’accorder plus d’espace aux auteurs de communications : au lieu de 16 000 signes (espaces, notes et illustrations compris), nous allons passer à 20 000 signes. De plus, les auteurs recevront désormais leur pdf avec de la couleur, s’ils ont fourni des illustrations couleur.

Le site web de la SFN est désormais mis à jour régulièrement et je vous invite donc à le consulter. Vous y trouverez le programme des séances. J’ajoute que le bulletin d’inscription des JN 2016 ne sera plus envoyé par la poste, mais téléchargeable sur le site (www.sfnummatique.org). Avec nos web masters, Florence Codine et Franck Wojan que je remercie chaleureusement, nous envisageons de mettre les pdf des Bulletins sur ce site, avec une échelle mobile de 2 ans.

Enfin le CA a décidé de réactiver le prix Babut qui viendra récompenser, tous les deux ans, à compter de cette année, un ouvrage consacré à la numismatique nationale.

Je ne voudrais évidemment pas passer sous silence le déménagement du Cabinet des Médailles qui s’annonce, et avec lui, celui de la salle de la SFN. Les plannings étant encore mouvants, il m’est difficile de donner des dates de même qu’Il est impossible de dire aujourd’hui quand la salle des Commissions ne pourra plus nous accueillir, sans doute en fin d’année.

J’en ai terminé. C’est un honneur de présider la SFN. J’espère ne pas en être trop indigne, sachant compter sur votre indulgence et votre amitié. »

Rapport financier 2015 du trésorier de la SFN, M. René Wack.

« Après les traditionnels remerciements d’usage aux personnes qui, au cours de l’année écoulée, ont encore aidé le trésorier dans sa tâche, je vais vous présenter un rapport financier avec un résultat, pour une fois, largement bénéficiaire, contrastant avec les années précédentes.

Recettes & dépenses 2015

Au chapitre des recettes, nous constatons une stabilisation des cotisations. Ces dernières sont d’un montant de 23.306€ comparable aux exercices précédents. Il faut noter que ces cotisations intègrent l’augmentation décidée lors de l’Assemblée générale de mars 2014, mais, malheureusement, le bénéfice escompté se trouve annulé par la diminution des nos membres. Les recettes de la Revue Numismatique sont en forte augmentation à 18.685 €. Ceci s’explique par l’augmentation de plus de 2000 € de la redevance des Belles-Lettres passant de 5.070 € en 2014 à 7.206 € en 2015 et surtout par le fait que le Département des Monnaies, Médailles et Antiques a procédé aux paiements des RN 2014 et 2015, destinées aux échanges, lors de l’exercice 2015 générant un complément de recettes de 3.000 €.

L’ensemble des recettes s’élève ainsi à 48.579 €.

Au chapitre des dépenses, il faut souligner la diminution des frais d’impression, de gestion et de routage des bulletins passant de 19.000 € en 2014 à 17.500 €, cette diminution des coûts est principalement liée à la diminution des pages des Bulletins dont le nombre total a été de 300 soit 44 pages de moins qu’en 2014. Les frais de la Revue 2015 s’élèvent à 14.527 €, ce qui représente une très forte diminution par rapport aux coûts de 20.159 € de la Revue 2014, il faut préciser que cette dernière était un ouvrage fort volumineux de plus de 800 pages qui comprenait les Actes du colloque Pierre Bastien dont le coût était de 18.000 € et il faut également retrancher 1.986 € de frais postaux de la Revue 2013 supportés en 2014. Au chapitre des frais divers et de secrétariat on constate une légère diminution des frais courants qui s’élèvent à 6.500 €, diminution due à la suppression en cours d’année du poste rétribué de secrétariat ; par ailleurs, les frais de réception de savant étranger et autres contributions ont été limités à 566 €.

Cette forte diminution des coûts, liée à une augmentation des recettes a, par effet de ciseaux, permis de reconstituer nos réserves d’un montant de 6.000 € correspondant aux pertes de l‘exercice précédent.

L’ensemble des dépenses s’élève à 47.899 € ce qui, rapproché des recettes de 48.579 €, dégage un bénéfice de 680 €.

Projet de budget 2016

Au chapitre des recettes, nous prévoyons un chiffre stable de 23.500 € pour les cotisations en tenant compte d’une part des augmentations de cotisations et d’autre part de l’érosion régulière de nos membres. À ce chiffre s’ajoutent principalement les recettes de la Revue et  celles de la redevance des Belles-Lettres d’un montant global de 13.500€. Il faut également noter un remboursement de TVA d’un montant de 2.264 € pour les années 2014 et 2015.

Les recettes prévues s’élèvent à 44.464 €.

Au chapitre des dépenses, nous prévoyons 17.000 € pour la Revue, ainsi que 16.500 € pour le Bulletin. Les autres dépenses récurrentes restant à l’identique avec des frais de réception et de subventions de 1.500 €, mais une augmentation des frais de fonctionnement à 5.500 €, augmentation liée aux dépenses postales (timbres, enveloppes et colis).

Les dépenses prévues s’élèvent à 43.700 € permettant un budget équilibré avec un résultat positif de 764 €.

Nous espérons qu’en 2016, tant les recettes que les dépenses liées à la Revue et au Bulletin pourront être imputées sur l’exercice budgétaire de l’année, ce qui permettra de mieux anticiper les dépenses et recettes annuelles et évitera, à l’avenir, le jeu de « montagnes russes » des exercices précédents.

Jeton de vermeil 2016

Mme Ariane Bourgeois, ancienne présidente de la SFN, annonce que le jeton de vermeil de la Société, qui est décerné chaque année à un savant étranger par le collège des trois anciens présidents de la SFN (Georges Gautier, Jean-Pierre Garnier et Ariane Bourgeois), a été attribué au titre de l’année 2016 à M. Johan van Heesch, conservateur du Cabinet des Médailles de la Bibliothèque royale de Belgique et spécialiste du monnayage romain.

Élection d’un membre titulaire

L’ordre du jour appelle à l’élection d’un membre titulaire, qui est présenté à l’assemblée : il s’agit de Mme Laurence Calmels (rapporteur : M. Marc Bompaire).

La procédure de vote n’ayant pas été demandée par l’assemblée, Mme Calmels est élue membre titulaire de la SFN à l’unanimité.

Élection d’un membre honoraire

Un membre honoraire est ensuite proposé à l’élection. Il s’agit de M. Jean-Pierre Garnier, parrainé par le Bureau. Le rapporteur, M. René Wack, retrace la carrière du récipiendaire.

À l’issue du scrutin, les résultats du vote sont proclamés :

Suffrages exprimés : 37 sur 37.

Garnier a obtenu 35 voix. Il devient membre honoraire de la SFN.

Renouvellement du Conseil d’Administration de la SFN

À l’issue du dépouillement du scrutin concernant l’élection du nouveau Conseil d’Administration de la Société française de Numismatique, M. Jacques Meissonnier proclame les résultats du vote qui vient de se dérouler :

Membres présents : 39

Votes par procuration et par correspondance : 72

Nombre total de votants : 111

Suffrages exprimés : 111

Bulletins nuls : 0

Les candidats au Conseil d’Administration de la SFN ont respectivement obtenu :

  1. Michel Amandry : 110 voix
  2. Marc Bompaire : 110 voix
  3. Christian Charlet : 102 voix
  4. Mme Catherine Grandjean : 111 voix
  5. Pierre-Olivier Hochard : 111 voix
  6. Antony Hostein : 111 voix
  7. Jérôme Jambu : 100 voix
  8. Mme Sylvia Nieto-Pelletier : 107 voix
  9. Arnaud Suspène : 111 voix
  10. René Wack : 111 voix
  11. Franck Wojan : 111 voix

Tous les candidats sont élus. Mme Frédérique Duyrat, directeur du département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF est membre de droit du Conseil d’Administration.

Le nouveau Conseil d’Administration se retire alors à huis clos pour élire en son sein les membres du « Bureau » de la SFN, dont la liste est ensuite communiquée à l’assemblée :

  1. Michel Amandry : président ;
  2. Marc Bompaire : vice-président ;
  3. Franck Wojan : secrétaire ;
  4. René Wack : trésorier ;
  5. Jérôme Jambu : secrétaire de rédaction de la Revue numismatique ;
  6. Pierre-Olivier Hochard, secrétaire de rédaction du Bulletin de la Société française de Numismatique ;
  7. Mme Frédérique Duyrat, Mme Catherine Grandjean et M. Arnaud Suspène : directeurs de la Revue numismatique ;
  8. Christian Charlet, Antony Hostein et Mme Sylvia Nieto-Pelletier : conseillers.

Le président déclare close l’Assemblée générale ordinaire et ouvre la séance ordinaire de la SFN.