65e Journées numismatiques – Autun, juin 2022 (provisoire)

COMPTE RENDU

65èmes JOURNÉES NUMISMATIQUES

Autun (3-5 juin 2022)

Les 65èmes Journées numismatiques (JN) de la Société française de Numismatique (SFN) se sont déroulées à Autun (Saône-et-Loire) les 3, 4 et 5 juin 2022. Elles ont été organisées en partenariat avec le Musée Rolin et avec le concours actif de Mme Agathe Legros, conservatrice au Musée Rolin et de M. Antony Hostein, vice-président de la SFN.

Ont participé à ces Journées : Mmes et MM. J.-L. Aillot, M. Amandry, N. Asplanato, Chr. Beau, Fr. Beau, J.-Cl. Bedel, M. Bedel, M. Beuve, R. Bigoni, L. Bompaire, M. Bompaire, V. Borrel, C. Bossavit, G. Cabaret, O. Charlet, K. Charrier, J.-L. Cougnard, J.-Cl. Desfretier, Th. Desfretier, D. Gagnant, G. Gautier, C. Grandjean, C. Hochard, P.-O. Hochard, A. Hostein, P.-Fr. Jacquier, Br. Jané, M.-L. Le Brazidec, Cl. Le Drian, M. Mathieu, Ph. Mathieu, J. Meissonnier, A.-M. Michaux, J.-Cl. Michaux, R. Nicot, S. Nieto-Pelletier, Fl. Potier, R. Prot, M.-D. Requier, P. Requier, L. Schmitt, H. Taymans, A. Thomas, M. Thys, É. Vandenbossche, P. Villemur, R. Waerzeggers, Fr. Wojan.

Vendredi 3 juin

Les participants sont accueillis à partir de 13h30 dans le salon d’honneur de la Mairie d’Autun, généreusement prêté à la SFN par la municipalité.

Les 65èmes Journées numismatiques sont ouvertes à 14h30 par trois discours de bienvenue. Le premier est prononcé par Mme Agathe Legros, directrice des musées et du patrimoine à la ville d’Autun, conservatrice en chef au Musée Rolin, qui rappelle notamment que les précédentes Journées dans la capitale du Morvan remontent à 1977 pratiquement aux mêmes dates (20èmes JN, 4-5 juin) ; elle remet ensuite à la présidente de la SFN la médaille de la ville d’Autun. Les participants entendent ensuite M. Christian Dugas de La Boissonny, président de la Société éduenne, qui évoque l’importance de la recherche historique dans l’Autunois, et enfin Mme Sylvia Nieto-Pelletier, présidente de la Société française de Numismatique, qui rappelle l’attachement de la SFN à ces Journées qui se déroulent en région et qui mettent l’accent sur le patrimoine numismatique et historique de chaque lieu visité.

La première séance de communications débute à 15h00. Elle est présidée par Mme Agathe Legros. Nous entendons tout d’abord M. Kévin Charrier, qui dresse un panorama des collections numismatiques du Musée Rolin et de l’important travail de reclassement des monnaies antiques qu’il a effectué en passant de la valise au tiroir. Dans un second temps, Mme Camille Bossavit nous aide à y voir plus clair dans l’importante série de monnaies à la légende ΚΑΛΕΤΕΔΟΥ.

Après une courte pause commence la deuxième séance, présidée par M. Antony Hostein. M. Jacques Meissonnier s’est interrogé sur l’appartenance aux Éduens d’un bronze conservé au département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF, puis M. Florent Potier a présenté un aureus dont le lieu de découverte n’est pas entièrement résolu, et enfin M. Vincent Borrel a donné un bel aperçu du (modeste) monnayage médiéval de la ville d’Autun.

À l’issue de cette demi-journée bien remplie et après une courte pause, les participants sont invités à partager, dans le hall d’entrée de l’hôtel de ville d’Autun, un convivial vin d’honneur offert par la municipalité.

Samedi 4 juin

La matinée commence par une visite guidée du Musée Rolin sous la conduite de Mme Agathe Legros, puis celle du médaillier du Service archéologique de la ville d’Autun, par MM. Yannick Labaune et Kévin Charrier. 

Après la pause déjeuner, les membres de la SFN assistent à la séance ordinaire de la Société.

Présidente : Mme Sylvia Nieto-Pelletier, présidente de la SFN.

Membres présents : cf. la liste des participants.

Membres excusés : MM. P. Baubeau, Chr. Charlet, J. Jambu, Mme S. de Turckheim.

BSFN

Le procès-verbal de la séance de mars 2022 (77-03) est soumis au vote de l’assemblée. Il est adopté à l’unanimité.

Élections

Les trois candidatures présentées à la séance de mai sont soumises au vote de l’assemblée : MM. Roland Bourette, Pierre Charrey et Florent Potier sont élus chacun leur tour membre correspondant de la SFN à l’unanimité.

Candidatures

Trois candidatures sont présentées à l’assemblée : celle de Mme Rose Bigoni, de Onville (Meurthe-et-Moselle), parrainée par Mme Sylvia Nieto-Pelletier et M. Bruno Jané, celle de Mme Muriel Joyeux de Paris (Seine), parrainée par MM. Antony Hostein et Kévin Charrier, et celle de M. Rémy Traisnel, de Croix (Nord), parrainée par MM. Laurent Schmitt et Richard Prot.

Annonces

La présidente a le plaisir d’annoncer qu’une série de récompenses est venue récemment couronner des membres de la SFN : M. Olivier Picard, ancien président de la SFN et actuellement vice-président de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, a reçu la cravate de Commandeur de l’Ordre national du Mérite (ONM) des mains de M. Michel Zink, Secrétaire perpétuel honoraire de l’Académie, le 13 mai dernier ; M. Pierre-Olivier Hochard, maître de conférences à l’université de Tours et secrétaire de rédaction du BSFN, a été nommé membre junior de l’Institut universitaire de France par arrêté de la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche en date du 26 mai 2022 ; M. Guillaume Blanchet, doctorant à l’université de Caen, est lauréat du 11ème prix quadriennal de la Société royale de Numismatique de Belgique.

Elle indique ensuite que M. Kévin Charrier a soutenu le 21 mai dernier sa thèse de doctorat intitulée « Monnaie et la société chez les Éduens (Ier-Ve siècles). Approches historique, archéologique et muséologique », préparée sous la direction de M. Antony Hostein, et que Mme Camille Bossavit va soutenir, le 14 juin prochain, sa thèse de doctorat intitulée « Les monnayages d’argent gaulois du Centre-Est (IIe-Ier siècles avant notre ère). Regards croisés. », préparée sous la direction de Mmes Sylvia Nieto-Pelletier, Katherine Gruel et Maryse Blet-Lemarquand.

La présidente informe l’assemblée que, dans le cadre du projet MONOM porté par MM. Antony Hostein et Vivien Prigent, mais également par MM. Arnaud Suspène et Laurent Callegarin, un atelier dont l’objectif est de sensibiliser et de familiariser de jeunes chercheurs à l’analyse des métaux monnayés anciens est organisé au laboratoire IRAMAT du 3 au 5 octobre 2022.

Elle rappelle que le calendrier des séances de la SFN est chargé à la rentrée, avec la remise du jeton de vermeil 2021 à M. Bernhard Woytek en octobre, et la remise du Prix Babut 2022 en novembre.

La présidente annonce enfin que nos collègues helvètes organisent les 1er et 2 juillet prochains leurs « Journées suisses de Numismatique », qui se dérouleront à Lausanne, au Palais de Rumine. Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 10 juin.

Mme Huguette Taymans, présidente et trésorière de la Société royale de Numismatique de Belgique (SRNB), signale à nos membres que le 18 juin prochain est organisée à l’université de Louvain-la-Neuve la « réunion d’été » de la SRNB sous la houlette de M. Charles Doyen.

M. Antony Hostein, vice-président de la SFN, prend la parole pour lire la nécrologie de Mme Maria Radnóti-Alföldi, décédée le 7 mai dernier :

Maria R.-Alföldi (1926-2022)

La mort de Maria R.-Alföldi à Francfort-sur-le-Main le 7 mai dernier a endeuillé le monde de la numismatique. Avec elle disparaît une éminente savante et une figure majeure de notre discipline, reconnue internationalement comme spécialiste des monnayages grecs et romains.

Née en 1926 dans la Hongrie de l’entre-deux-guerres, elle avait vu le jour à Budapest, dans une famille aisée. Après l’Abitur en 1944, elle avait suivi jusqu’en 1949 un cursus universitaire à la faculté de philosophie de l’université de Budapest, sous la direction du grand historien Andreas Alföldi (1895-1981). Dès 1947, année de son mariage avec l’archéologue et spécialiste du monde romain provincial Aladár Radnóti (1913-1972), elle travailla au Musée national hongrois, tout en assurant à partir de 1950 des séminaires à l’université.

La grande rupture intervint lors de la révolution de 1956, avec le soulèvement de Budapest et l’incendie du Musée National. L’exil, en compagnie des deux cent dix mille hongrois qui quittèrent alors le pays, ouvrit une nouvelle période de sa vie. Elle fut marquée par une pérégrination en Allemagne qui commença à Munich et s’acheva à Francfort-sur-le-Main, au gré des postes obtenus par son mari qui devint en 1962 Professeur d’archéologie et d’histoire provinciale à l’Université Goethe de Francfort. De 1957 à 1962, Maria R.-Alföldi fut chercheuse rattachée au projet des FMRD (Die Fundmünzen der römischen Zeit in Deutschland), période qu’elle mit à profit pour passer en 1962 son habilitation en numismatique à l’Université Ludwig Maximilian. Publié l’année suivante, ce mémoire, qui portait sur les émissions d’or d’époque constantinienne, la consacra comme une spécialiste incontournable des monnayages impériaux de l’Antiquité tardive [Die Constantinische Goldprägung. Untersuchungen zu ihrer Bedeutung für Kaiserpolitik und Hofkunst, Philipp von Zabern, Mayence, 1963].

Elle succéda en 1973 à la chaire détenue par son mari, mort prématurément d’une attaque cardiaque en décembre 1972. C’est dans ce cadre qu’elle accomplit l’ensemble de sa carrière, enseignant dans le séminaire d’histoire grecque et romaine qu’elle n’abandonna qu’au moment de partir à la retraite en 1991.

En plus de ses activités universitaires, elle fut chargée de diriger et de coordonner plusieurs programmes de recherches de grande ampleur, comme la série des FMRD avec Hans-Markus von Kaenel, série pour laquelle elle publia personnellement plusieurs volumes, en particulier ceux concernant Trèves et sa région. Après la chute du mur, elle fut aussi nommée à la têtedu programme du Griechische Münzwerk de l’Académie des sciences de Berlin.

Les travaux de Maria R.-Alföldi sont nombreux, sa bibliographie très étendue, et il apparait impossible de tout dire et résumer en quelques lignes (on compte 123 entrées à son nom dans la base bibliographique Zenon du Deutsche Archaölogische Institut). Ses ouvrages et articles personnels reflètent bien sa personnalité et ses centres d’intérêt, éclectiques mais marqués par une profonde unité : on y retrouve son goût pour la numismatique et ses méthodes qui déboucha sur la parution d’un important manuel en 1978 [Antike Numismatik. Teil 1: Theorie und Praxis & Teil 2: Bibliographie, Philipp von Zabern, Mayence, 1978], ou encore sa curiosité pour déchiffrer les images ainsi que le fonctionnement du message monétaire [Bild und Bildersprache der römischen Kaiser. Beispiele und Analysen, Philipp von Zabern, Mayence, 1999]. La numismatique grecque n’est pas négligée avec une importante monographie sur les décadrachmes publiée en 1976 [Dekadrachmon. Ein forschungsgeschichtliches Phänomen, Franz Steiner Verlag, Wiesbaden, 1976].

Sa réputation fut consacrée par de nombreux prix et témoignages de reconnaissances. Notre société fut l’une des premières à honorer Maria R.-Alföldi du jeton de Vermeil. C’était en 1978. D’autres honneurs suivirent, comme la médaille de la Royal Numismatic Society en 1995 ou encore la Archer M. Huntington Medal de l’American Numismatic Society. Elle était aussi correspondante ou membre de nombreuses institutions académiques et sociétés savantes (Italie, Autriche, Hongrie), comme l’Akademie der Wissenschaften und der Literatur-Mainz, ou encore le Deutsche Archaölogische Institut. Sa plus grande reconnaissance lui fut attribuée en 1992 quand elle reçut la prestigieuse Croix du mérite de la République fédérale allemande.

Au cours d’une longue vie consacrée à la science mais aussi marquée par les tourbillons de la grande histoire, elle sut être une pédagogue généreuse, maître de numismates de renoms comme H.-R. Baldus ou P.-H. Martin, doublée d’une animatrice infatigable de la recherche comme l’attestent les témoignages chaleureux qui se dégagent des contributions de ses mélanges parus en 1991 [H.-C. Noeske, H.-R. Baldus, A. Geissen & P.-H. Martin (éd.), Die Münze. Bild – Botschaft – Bedeutung. Festschrift für Maria R. Alföldi, Francfort-sur-le-Main, 1991]. Jusqu’à ses deniers jours, elle sut avec bienveillance partager son savoir à de jeunes chercheurs et garder toute son acuité intellectuelle. Sa disparition marque profondément ceux qui l’ont personnellement connu, ses amis, ses collègues, ses disciplines, comme on peut en prendre la mesure dans les nombreux messages affectueux lus dans les pages de plusieurs quotidiens allemands ainsi que sur les réseaux sociaux. Maria R.-Alföldi laisse des écrits nombreux, une œuvre à la fois cohérente et foisonnante, marquée par une grande hauteur de vue, que ses disciples et futurs lecteurs pourront lire, relire, approfondir.

Antony HOSTEIN

Suite des 65èmes Journées numismatiques d’Autun

La troisième séance de communications débute aussitôt achevée la séance ordinaire de la Société. Elle est présidée par M. Jacques Meissonnier. M. Richard Prot s’intéresse à un denier de Louis de Flandre, puis MM. Michel Amandry et Kévin Charrier nous présente un choix d’intéressantes monnaies provinciales romaines conservées au Musée Rolin.

La quatrième et dernière séance de communications est présidée par Mme Sylvia Nieto-Pelletier. Elle commence après une courte pause et le discours de M. Vincent Chauvet, maire d’Autun, qui a fait l’honneur de venir assister au déroulement d’une partie de nos travaux. Les trois dernières communications de ces JN portent d’abord sur une magnifique monnaie en or montée en bijou et présentée par MM. Laurent Schmitt et Kévin Charrier ; M. Éric Vandenbossche s’intéresse ensuite à l’atelier monétaire de Chalon-sur-Saône ; quant à M. Marc Bompaire, il montre quelques exemplaires fameux des quelques 900 monnaies du trésor de Curgy.

Au terme de cette après-midi, Mme Sylvia Nieto-Pelletier remercie chaleureusement les communicants et le personnel du Musée Rolin d’Autun ainsi que la municipalité d’Autun pour la qualité de l’accueil, de l’organisation et la réussite de ces Journées numismatiques de la SFN.

Les participants se retrouvent à partir de 19h30 au restaurant autunois La Tête noire pour le traditionnel et convivial dîner de clôture.

Dimanche 5 juin

Les membres restés sur place pour ce long week-end de Pentecôte ont pu déambuler entre deux orages dans les rues d’Autun et découvrir le riche patrimoine historique antique et médiéval de la capitale du Morvan.