Assemblée Générale – 2 mars 2019 (provisoire)

Présidente : Mme Catherine Grandjean, présidente de la SFN.

Membres présents (43) : Mmes et MM. P. Baubeau, M. Bompaire, A. Bourgeois, P. Bourrieau, Fr. Boursier, L. Calmels, Chr. Charlet, O. Charlet, M. Chauveau, J. Dharmadhikari, B. Fischer, Br. Foucray, J.-P. Garnier, G. Gautier, C. Grandjean, St. Gustave, P.-O. Hochard, J. Jambu, Br. Jané, Y. Jézéquel, Fr. Joyaux, H. de Labriffe, J.-P. Le Dantec, J.-Y. Lemerle, Ph. Mathieu, J. Meissonnier, C. Morrisson, S. Nieto-Pelletier, O. Michel, J. Olivier, O. Picard, L. Reinert, A. Ronde, Ph. Schiesser, L. Schmitt, A. Suspène, L. Trommenschlager, S. de Turckheim-Pey, S. Valin, N. Verzéa, P. Villemur, R. Wack, Fr. Wojan.

Membres excusés : Mmes et MM. M. Amandry, Th. Cardon, Fr. Duyrat, A. Hostein, M. Hourlier, M.-L. Le Brazidec.

Les membres de la Société française de Numismatique (SFN) sont accueillis dans la salle Walter Benjamin de l’Institut national d’Histoire de l’Art (INHA) à partir de 13h30. Il est procédé à l’émargement de la liste de présence, puis à la distribution des pouvoirs.

Mme Catherine Grandjean, présidente de la SFN, déclare ouverte l’Assemblée générale ordinaire de la SFN à 14h05. Elle propose, comme le veut la coutume, que la séance ordinaire soit reportée à l’issue de l’Assemblée générale, puis demande l’accord des membres présents pour que le Conseil d’administration sortant assure le déroulement de l’Assemblée générale et des opérations de vote.

Rapport moral 2018 de la présidente de la SFN, Mme Catherine Grandjean

« Michel Amandry, en achevant il y a juste un an avec un peu de nostalgie son mandat de président, assurait laisser notre Société en bon ordre de marche, pilotée par un Bureau et un Conseil d’administration (CA) compétents et efficaces. Dès les premières réunions du samedi matin, j’ai pu constater que tel était bien le cas. De fait, bien d’autres sociétés savantes nous envient avec raison notre Conseil d’administration.

Succéder à Michel a donc été à la fois un honneur et un plaisir d’autant que trois événements marquants avaient déjà été planifiés : la séance d’avril à l’occasion du cent-cinquantenaire de l’EPHE, les Journées de juin à Orléans et celle de septembre en l’honneur de Sylvie de Turckheim et de Georges Gautier.

Je veux remercier ici de leur engagement les membres du Conseil d’administration, qui ont beaucoup travaillé, les nouveaux élus, Laurent Schmitt et Patrick Villemur s’étant d’emblée bien accordés avec les anciens.  Le Bureau, Pierre-Olivier Hochard René Wack et Franck Wojan, qui assure au quotidien le fonctionnement de la SfN, mérite pleinement notre gratitude et notre confiance : depuis mars dernier,  il a su régler efficacement les difficultés qui n’ont pas manqué de se présenter, entre le dépôt de bilan soudain de notre imprimeur France-Quercy, remplacé au débotté, en moins d’une semaine, par la maison normande Corlet, et les problèmes de routage, avec les perturbations diverses que nous avons connues pour les BSFN des séances de l’automne, BSFN que vous avez reçus finalement en février. Et le plus grave, qui a donné des sueurs froides à notre trésorier, a été la forte augmentation des tarifs de la Poste, qui a fortement impacté nos finances. Nous y reviendrons tout à l’heure, car des mesures s’imposent.

Cette année, le Conseil d’administration a concentré son activité sur la visibilité de notre société : la raison sociale « Société française de Numismatique », le signe SfN et les logos sont désormais des marques déposées à l’Institut national de Propriété intellectuelle (INPI). Un poster présentant la SfN, ses activités, son histoire et ses réalisations, a été présenté pour la première fois lors des Journées d’Orléans. Le site de la Société a aussi été toiletté et son bandeau actuel est le fruit d’un travail collectif, sous la houlette de Pierre-Olivier Hochard ; ce dernier a installé un compteur qui a recensé 19 000 visites du site au mois de janvier ; il faut faire la part des visites de robots, mais cette première indication est très encourageante.  Le CA dans son ensemble, a en outre préparé des rapports sur les ouvrages éligibles au Prix Babut.

Enfin, j’ai une pensée particulière pour Jean-Pierre Garnier que je remercie en notre nom à tous de continuer à préparer nos jetons à la Monnaie de Paris contribuant ainsi par ce biais aussi au rayonnement international de la SfN.

Séances

De mars 2018 à février 2019, nous avons tenu nos dix séances, qui ont réuni au total 304 membres et invités, sans compter les membres de l’Association numismatique du Centre, y compris lors des samedis d’automne marqués par les manifestations des gilets jaunes non loin de la rue de Richelieu. Nous nous sommes réunis 6 fois dans le Quadrilatère Richelieu grâce à Frédérique Duyrat et à Jérôme Jambu ; les autres séances, hormis celles d’Orléans, ont eu lieu à l’INHA où Antony Hostein nous permet d’être reçus. Je les remercie tous trois en notre nom de leur accueil dans ces locaux du Quadrilatère Vivienne.

Les Journées d’Orléans ont réuni 70 personnes, celles d’avril 35 et celles de septembre 37. Il y avait dans ces trois cas quelques personnes invitées, mais ces séances exceptionnelles sont à l’évidence plus attractives que les autres, qui ont été suivies par une vingtaine de membres. Le calendrier joue évidemment un rôle : ainsi la séance du 5 janvier a été la moins fréquentée, avec seulement 21 membres présents. La séance d’avril, organisée par Antony Hostein dans la salle Fabbri de l’INHA, en présence d’Hubert Bost, président de l’EPHE et de plusieurs directeurs d’études, dont François de Callataÿ et Jean-Louis Ferrary, sans parler de Michel Amandry et de Marc Bompaire, a bien rappelé, via neuf communications, les liens étroits entre nos deux institutions, aussi bien à l’échelle des membres et des directeurs d’études, que de la contribution de l’EPHE aux progrès de la numismatique en France, dès les conférences d’Olivier Rayet dans les années 1883-1884. Il a fallu toutefois attendre 1941, avec la charge de conférences en numismatique française pour Pierre le Gentilhomme, pour qu’un enseignement proprement numismatique y voie le jour. D’autres grandes figures, comme celles de Louis Robert, Jean Lafaurie, Julien Guey, Georges le Rider et d’autres ont été évoquées lors de cette belle journée.

Les Journées numismatiques organisées à Orléans les 1er, 2 et 3 juin derniers en partenariat avec l’Association numismatique du Centre et le CNRS IRAMAT- Centre Ernest Babelon (CEB) ont été un grand succès, avec douze communications réparties en cinq sessions : le vendredi matin, ceux qui le souhaitaient avaient pu visiter le Centre Babelon, pilotés par Sylvia Nieto-Pelletier, directrice du Laboratoire, assistée de Maryse Blet-Lemarquand et de Thomas Faucher. Tous se sont retrouvés ensuite dans le beau cadre de l’hôtel Dupanloup pour les discours d’usage et deux séances de communications, qui ont fait la part belle aux analyses élémentaires pratiquées au CEB sur des monnaies de la BnF dans le cadre de projets financés par la Région Centre et l’Agence nationale de la Recherche. Lors de la pause, il a été possible d’examiner les posters exposant les actions et réalisations de la SfN, de l’IRAMAT et de l’ANC, qui avaient été installés au rez-de-chaussée de l’hôtel Dupanloup. À l’issue de cette journée eut lieu le pot offert par l’ANC dans le cadre prestigieux de l’hôtel Groslot, où nous avons été accueillis par M. Abel Moittié, conseiller municipal délégué par M. le Maire d’Orléans. Le samedi, changement de décor : la SfN a été reçue dans l’amphithéâtre du Musée des Beaux-Arts, pour les trois dernières sessions de communications consacrées à des questions touchant en majorité la numismatique orléanaise ou ligérienne, et la séance ordinaire. Le dîner de clôture du samedi soir, au restaurant Le Grand Martroi fut aussi une réussite, comme la visite guidée avec conférencière du lendemain, le tout organisé avec maestria par notre trésorier.

Au retour des vacances estivales, le 8 septembre, s’est tenue la journée exceptionnelle en l’honneur de Sylvie de Turckheim-Pey et de Georges Gautier, où l’érudition l’a disputé à la convivialité et à l’amitié. Dix belles communications portant tantôt sur la numismatique romaine, tantôt sur les jetons et médailles, y ont été présentées, avec in fine l’intervention très appréciée de Nicolas Salagnac, graveur-médailleur, et ensuite, un pot offert les deux récipiendaires.

Publications

La Revue numismatique, malgré les problèmes de routage, nous est parvenue en fin d’année, grâce à l’efficacité des secrétaires de rédaction, Jérôme Jambu, Vincent Drost et Julien Olivier, que je remercie chaleureusement de leur efficacité et de leur diligence. Ce 175e volume de la Revue, composé par Fabien Tessier et imprimé par l’imprimerie Corlet, compte 680 pages, soit 200 de plus que le volume précédent. Il comprend un cahier thématique fort de 6 contributions, sur les aspects monétaires et financiers des légitimités politiques dans l’Antiquité, issues d’un colloque coorganisé par Dorian Bocciarelli et Pierre-Olivier Hochard à Orléans et à Tours. Il s’y ajoute 14 articles dont 4 en anglais et 1 en italien, qui favorisent le rayonnement international de la Revue, via notamment sa version numérisée sur Persée. Ils portent sur des sujets divers répartis sur un arc chronologique très large, de la numismatique grecque à l’histoire des collections contemporaines. Cette année le coût de la Revue a été particulièrement élevé, tant en raison du nombre de pages élevé, que parce que, en raison de la modification de la politique tarifaire de la Poste, le volume emballé, d’une épaisseur supérieure à 3 cm a entraîné un fort  enchérissement des coûts postaux.

Le Bulletin de la SfN est le fruit du travail des communicants et des auteurs de correspondances. Je remercie en notre nom à tous Pierre-Olivier Hochard qui a assuré cette année encore une publication rapide du BSFN, malheureusement ralentie pour les trois derniers numéros de l’année par des problèmes de routage. Le volume 73 du Bulletin compte 464 pages. 72 articles, dont 17 correspondances ont été publiés depuis mars 2018. Au total, nous avons donc entendu 55 communications depuis mars 2018. L’Antiquité, surtout la numismatique romaine, s’est taillée la part du lion avec 20 communications, suivie par la numismatique médiévale (15 communications), la numismatique moderne et contemporaine (principalement royale française) avec 12 communications, à égalité cette année, journée EPHE oblige, avec des contributions consacrées à l’histoire et la méthodologie de notre discipline. Il y a eu aussi, et pas seulement en septembre, 7 communications sur les jetons et médailles, trois communications sur la numismatique italienne, deux sur la Chine et une sur les poids de ville.

Congrès, colloques et autres manifestations

Il n’est guère envisageable de rappeler ici l’ensemble des manifestations annoncées chemin faisant dans le Bulletin, qu’elles soient organisées par des membres de notre Société  ou qu’ils y aient pris part, tant elles sont nombreuses – ce qui atteste le rayonnement de la SfN, tant en province qu’à l’étranger. Je me contenterai de rappeler que  la SfN a bénéficié cette année encore d’un stand gratuit lors du Salon organisé par Syndicat National des Experts Numismates et Numismates Professionnels (SNENNP) au Palais Brongniart le 20 octobre dernier. Par ailleurs, la Journée en hommage à Jean Babelon, coorganisée par J.-P. Babelon, Chr. Charlet et Fr. Ploton, s’est tenue finalement à l’École des Chartes le 9 février dernier ; en mon absence pour cause d’engagement antérieur ailleurs, Cécile Morrisson avait accepté, et je l’en remercie, d’y représenter notre Société.

Jeton de vermeil

A l’occasion de la séance de décembre Michel Amandry a remis au nom des deux autres anciens présidents, le jeton de vermeil 2018 à Kevin Butcher, qui a donné une belle communication intitulée « le monnayage des Assyriens » publiée dans le BSFN de décembre.

Effectifs

Nous comptons actuellement 420 membres honoraires, titulaires, correspondants et institutionnels. Quelques membres nous ont quitté: Jean-Baptiste Giard, Michael Metcalf, Vasso Penna.

Et nous avons accueilli depuis mars dernier 15 nouveaux membres, soit le double de l’an dernier. Il faut s’en féliciter et remercier ceux qui parmi, tant au sein du CA qu’en-dehors, font rayonner notre Société et la rendent attractive, tout en leur demandant de ne pas relâcher leurs efforts pour amener de nouveaux membres.

C’est indispensable, pour perpétuer nos études et pour lutter contre l’érosion inévitable du nombre des cotisants.

Distinctions

Cécile Morrisson est devenue membre d’honneur de l’Académie autrichienne des Sciences le 20 avril 2018.

Le Prix Babut 2018 a été décerné cette année à Bruno Jané, membre correspondant de la SfN, Kevin Kazek et Mylène Didiot pour leur ouvrage L’or de Metz 2: les ateliers messins du XIVe s. à l’époque contemporaine : une image du pouvoir, paru en 2018.

Christian et Jean-Louis Charlet et Francesco Pastrone, respectivement membres titulaires et correspondants de notre Société, ont été nommés par une ordonnance souveraine du 3 septembre dernier par son Altesse Sérénissime le prince Albert de Monaco membres du Comité de gestion du musée des Timbres et Monnaies de Monaco.

Madame Jankowski a par ailleurs reçu le prix de la Fondation Flora Blanchon pour financer la publication de sa thèse intitulée Les cercles de collectionneurs et de numismates dans la région de Pékin durant la première moitié du XIXe s.

L’avenir

Les Journées prévues à Nîmes du 31 mai au 2 juin sont en bonne voie d’organisation. René Wack, Franck Wojan et moi même avons séjourné deux jours à Nîmes le mois dernier afin de rencontrer la directrice des collections du Musée de la Romanité, Dominique Darde, en compagnie de Joël Françoise, et aussi le directeur de Musée, Franck Escojido. Nous avons rencontré aussi Stéphane Blanchard et Pascal Schlegel, respectivement présidents des Sociétés numismatiques d’Alès et de Nîmes, nos partenaires pour ces Journées.

Nous aurons le privilège d’être accueillis à titre gracieux dans l’amphithéâtre du Musée de la Romanité pour les séances de communications, le vendredi 31 mai à partir de 14h et le samedi 1er juin après-midi, probablement en présence du Maire adjoint à la culture M. Franck Valade. Le samedi matin est prévue une visite du Musée par Madame Darde, suivie d’un déjeuner au restaurant du dit-musée. Un restaurant, en face du Musée et des Arènes est déjà réservé pour le banquet du samedi soir. Madame Bourgade, maire-adjointe au tourisme, est disposée à proposer deux parcours de visite au choix pour le dimanche matin si le groupe intéressé dépasse 30 personnes.

La séance d’avril sera consacrée à des communications présentées par des doctorants, désireux de tester leurs idées et de présenter leurs travaux inédits devant notre Société.

L’avenir de la Société, c’est aussi le début de la numérisation du BSFN jusqu’en 2015, grâce à un projet de la BnF piloté par Julien Olivier. Le BSFN sera donc prochainement accessible sur le site Gallica de la BnF.

J’en terminerai en vous remerciant tous de votre attention et aussi de la confiance que vous avez manifestée pendant toute l’année à l’Équipe en charge de la SfN, moi comprise.

Je vous remercie de votre attention. »

Le vote à bulletin secret n’est pas demandé. Le rapport moral de la présidente de la SFN est adopté, à mains levées, à l’unanimité.

Rapport financier 2018 du trésorier de la SFN, M. René Wack

« Après les traditionnels remerciements d’usage aux personnes qui, au cours de l’année écoulée, ont encore aidé le trésorier dans sa tâche, je vais vous présenter un rapport financier contrastant fortement avec celui de l’exercice précédent avec un déficit record de près de 7.300 €.

Recettes

Au chapitre des recettes nous constatons une très grande stabilité des cotisations qui s’élèvent à 22.384 € à comparer avec celles de l’exercice précédent de 22.405 €. Les recettes de la Revue numismatique sont en légère diminution avec un montant de 7.427 € alors qu’elles étaient de 7.880 € en 2017. Nous constatons également la poursuite de l’érosion de la redevance des Belles Lettres qui n’est que de 3.319 € en 2018, alors qu’elle se montait à 3.748 € en 2017, 5.796 € en 2016 et 7.206 € en 2015. Le montant attendu pour 2018 ne sera plus que de 2.311 €. Cette forte diminution des ventes de la Revue numismatique trouve probablement son explication dans la publication régulière de cette dernière au bout de deux ans sur le site Persée, la vente des anciens numéros s’étant effondrée. La subvention du CNRS de 1.000 € ne compense pas les pertes de recettes des ventes par Les Belles Lettres.

Les autres recettes sont, soit stables pour les Journées Numismatique d’Orléans (2855 €), soit en diminution pour les dons de nos membres et sponsors (894 € pour 1.550 € en 2017), les abandons de créances de certains membres du Bureau (354 €) et nos produits financiers de 1407 € pour 2.550 € en 2017, année qui avait enregistrée une forte plus-value de certains placements à terme.

Ces diminutions de recettes sont toutefois compensées par une augmentation du remboursement de la TVA étant de 2752 €, comparé à 1015 € en 2017.

Les recettes de 43.032 € sont dans la moyenne mais notoirement insuffisantes pour équilibrer le budget ; nous avons dû procéder à une reprise de provision de 7.000 €.

 L’ensemble des recettes s’élève ainsi à 50 032€.

Dépenses

Au chapitre des dépenses, il faut souligner une augmentation des frais d’impression, de gestion et de routage du Bulletin passant de16 053 € à 17 877 €. Cette augmentation des coûts s’explique par l’augmentation des pages des Bulletins avec un total de 480, l’année 2018 – outre les Journées numismatiques – ayant connu deux séances exceptionnelles, l’une en l’honneur de deux anciens de nos présidents Mme Sylvie de Turckheim-Pey et M. Georges Gautier, l’autre pour la célébration du cent cinquantenaire de l’EPHE.

Les frais de la Revue numismatique sont en très forte augmentation passant de 14 813 € à 23 212 €. Si une partie de cette augmentation est liée au nombre d’articles et de pages de la Revue 2018, c’est principalement l’explosion des frais de routage postaux qui explique cette augmentation. Les frais postaux se sont élevés à 6 178 €, auxquels il faut rajouter 1 990 € de cartonnage et étiquetage, ce qui pour les seuls frais de distribution de la Revue fait un total de 8 168 €, expliquant le déficit de l’exercice.

Les autres frais, liés aux Journées numismatiques et aux charges financières, sont en légère hausse. Il faut signaler une dépense non récurrente de 540 € provenant du dépôt auprès de l’INPI du logo et du nom de notre Société.

 L’ensemble des dépenses s’élève à 50 319 € ce qui, rapproché des recettes de 50 032 € dégage une perte de 287 €.

Projet de budget 2019

Ce projet est établi sur la base de recettes constantes.

Au chapitre des recettes, nous prévoyons un chiffre stable de 22.500 € pour les cotisations. À ce chiffre s’ajoutent principalement les recettes de la Revue numismatique et celles de la redevance des Belles Lettres, prévue en diminution, d’un montant global de 9.800 €.

Il faut également noter un remboursement important de TVA, d’un montant de 4 270 € pour l’année fiscale 2018. Toutefois un courrier de dernière minute en provenance de l’administration fiscale nous notifie un rejet de notre demande de remboursement au motif que les demandes doivent être faites sur une base trimestrielle et non annuelle. Il faut préciser que les demandes de remboursement ont toujours été faites sur une base annuelle depuis que notre Société a été assimilée à une société d’édition et cela tant par imprimé papier que par télédéclaration. Ce rejet entraine de facto la perte du remboursement des trois premiers trimestres soit un montant de 2 045 €. Un recours contre cette décision est en cours d’examen. En cas d’échec de ce recours nous serons dans l’obligation de reprendre une provision complémentaire de 2.000 €.  Pour équilibrer le budget 2019 une reprise de provision de 4 000 € ou de 6 000 € est envisagée, qui semble indispensable pour faire face à l’augmentation des coûts liés la Revue numismatique.

Les recettes prévues s’élèvent à 47 031 €.

Au chapitre des dépenses, nous prévoyons 20 000 € pour la Revue numismatique en réduisant les coûts, ainsi que 16 500 € pour le Bulletin en diminuant le nombre de pages des Bulletins. Les autres dépenses récurrentes restant peu ou prou à l’identique, avec des frais de réception et de subventions de 2 000 € et des frais de fonctionnement à 3 500 €, le prix « Babut » d’un montant de 300 € sera attribué début 2019 pour l’année 2018.

Les dépenses prévues s’élèvent à 47 300 € permettant un budget équilibré avec une perte limitée de 269 €. »

Le vote à bulletin secret n’est pas demandé. Le rapport financier et le projet de budget présentés par le trésorier de la SFN sont adoptés, à mains levées, à l’unanimité.

M. Georges Gautier demande la parole et suggère à l’assemblée de féliciter le trésorier de la SFN pour le travail accompli et son courage face aux difficultés importantes rencontrées cette année. Une salve d’applaudissements retentit alors dans la salle Benjamin.

            Afin de faire face aux difficultés budgétaires rencontrées, et notamment la hausse des frais postaux[1], le trésorier de la SFN propose à l’assemblée de revoir ainsi les montants des cotisations à partir de 2020 :

  PROJET FRAIS DE PORT EN SUSREMARQUES
COTISATIONS 2020
Membres titulaires 65 € Au lieu de 62 €
Membres correspondants 56 € Au lieu de 54 €
Membres étudiants 30 € Inchangé
Membres résidents
étrangers
65 € Au lieu de 60 €
Institutionnels membres assimilés 65 € Au lieu de 54 €
       
ABONNEMENTS RN 2020
Abonnés RN 2020 France 60 € 10 € Au lieu de 54 €
Abonnés 2020 RN
résidents étrangers
60 € 20 € Au lieu de 54 €
Ventes RN 2020
Belles-Lettres
60 € Au lieu de 54 €
       
ABONNEMENTS
BSFN 2020
Abonnés BSFN France 40 € Inchangé
Abonnés BSFN
ésidents étrangers
45 € Inchangé

Au terme d’un débat ponctué parfois d’échanges assez vifs, la présidente de la SFN soumet les nouveaux tarifs proposés par le trésorier au vote de l’assemblée. Le vote à bulletin secret n’est pas demandé. L’assemblée, à mains levées et à l’unanimité, donne son accord pour le changement des cotisations et des abonnements à la SFN applicable pour et à partir de l’année 2020.

Jeton de vermeil 2019

M. Jean-Pierre Garnier, ancien président de la SFN, a la plaisir d’annoncer que le jeton de vermeil de la Société, qui est décerné chaque année à un savant étranger par le collège des trois anciens présidents de la SFN (Jean-Pierre Garnier, Ariane Bourgeois et Michel Amandry), a été attribué au titre de l’année 2019 à Mme Helen Wang, curator of East Asian Money au Department of Coins and Medals du British Museum. Mme Wang est spécialiste des monnaies et des billets extrême-orientaux du XVIIe siècle à nos jours. Sa thèse de doctorat (PhD), soutenue en 2002, était intitulée « Money on the Silk Road : the evidence from Eastern Central Asia to c. AD 800 ». Elle est aussi l’auteure de nombreuses traductions de livres chinois.

Élection d’un membre d’honneur

Un membre d’honneur est proposé à l’élection. Il s’agit cette année de M. Yannick Jézéquel, dont la candidature est présentée par M. René Wack, qui retrace sa carrière et son parcours au sein de notre Société.

Le vote à bulletin secret n’est pas demandé. M. Yannick Jézéquel est élu membre d’honneur de la SFN à mains levées et à l’unanimité.

Élection de deux membres titulaires

Deux membres titulaires sont ensuite proposés à l’élection. Il s’agit de M. Patrice Baubeau, maître de conférences HDR à l’université de Paris-Nanterre, présenté par Mme Catherine Grandjean, et de M. Thibault Cardon, chargé de recherche au CNRS – CRAHAM centre Michel de Boüard de l’université de Caen-Normandie, présenté par M. Christian Charlet.

Le vote à bulletin secret n’est pas demandé. MM. Patrice Baubeau et Thibault Cardon sont élus membres titulaires à mains levées et à l’unanimité.

Renouvellement du Conseil d’Administration de la SFN

            Les bulletins de vote concernant l’élection du nouveau Conseil d’Administration de la Société française de Numismatique sont distribués. À l’issue des opérations de vote et du dépouillement du scrutin réalisé par MM. Pierre Bourrieau, Olivier Charlet et Jacques Meissonnier, M. Bourrieau proclame les résultats du vote :

Membres présents : 43

Votes par procuration (pouvoirs) et par correspondance : 64 (59 + 5)

Nombre total de votants : 107

Suffrages exprimés : 103

Bulletins nuls : 4

            Les candidats au Conseil d’administration de la SFN ont respectivement obtenu :

M. Christian Charlet : 88 voix

Mme Catherine Grandjean : 101 voix

M. Pierre-Olivier Hochard : 101 voix

M. Antony Hostein : 103 voix

M. Jérôme Jambu : 98 voix

Mme Sylvia Nieto-Pelletier : 98 voix

M. Laurent Schmitt : 96 voix

M. Arnaud Suspène : 103 voix

M. Patrick Villemur : 100 voix

M. René Wack : 101 voix

M. Franck Wojan : 103 voix

Tous les candidats sont élus. Mme Frédérique Duyrat, directeur du département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF, est membre de droit du Conseil d’administration.

Le nouveau Conseil d’administration se retire alors à huis clos pour élire en son sein les membres du « Bureau » de la SFN et procéder à la répartition des fonctions, dont la liste est ensuite communiquée à l’assemblée :

Mme Catherine Grandjean : présidente ;

Mme Sylvia Nieto-Pelletier : vice-présidente ;

M. Franck Wojan : secrétaire général ;

M. René Wack : trésorier ;

M. Jérôme Jambu : secrétaire de rédaction de la Revue numismatique ;

M. Pierre-Olivier Hochard, secrétaire de rédaction du Bulletin de la Société française de Numismatique ;

Mmes Frédérique Duyrat, Catherine Grandjean, et M. Arnaud Suspène : directeurs de la Revue numismatique ;

MM. Christian Charlet, Antony Hostein et Patrick Villemur : conseillers.

La présidente de la SFN déclare close l’Assemblée générale ordinaire et ouvre la séance ordinaire.


[1] Les frais de port en direction de l’étranger, au sein de l’Union européenne et hors de l’Union européenne, ont été modifiés ces dernières années par la Poste : outre la hausse des tarifs, le poids et l’épaisseur de la Revue (plus de 3 cm, emballage cartonné compris) font que le tarif Colissimo est obligatoire. À titre d’exemple récent, l’envoi récent d’une RN 2018 aux États-Unis a coûté 40 € !

Un de nos membres fait remarquer que, pour les envois dans l’Union européenne, il existe un tarif spécial « livres et brochures ». Or, ce tarif préférentiel n’est pas disponible sur les machines automatiques dans les bureaux de Poste, il faut passer par le guichet (!), tous les bureaux de Poste ne le proposent pas ou ne le pratiquent pas (!), et les colis arrivent (quand ils arrivent…) souvent dans un état déplorable, comme nous avons pu le constater encore récemment…